Shiori Ito, briseuse de silence

FEMINADepuis son viol, la journaliste japonaise ne cesse de se battre pour faire évoluer les mentalités

Image: Geoff Pugh - Shutterstock

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

C’est qui?

Le 3 avril 2015, la vie de Shiori Ito, 26 ans, bascule. Alors qu’elle a rendez-vous avec Noriyuki Yamaguchi, haut responsable d’une chaîne de télévision et proche du premier ministre nippon, la journaliste perd connaissance et se réveille dans une chambre d’hôtel, nue, violée. Son agresseur affirme qu’elle était consentante, la police lui déconseille de porter plainte. Stigmatisée, humiliée, rejetée par sa famille et ses amis, Shiori Ito ne lâche pourtant rien et se bat pour que justice soit faite. Elle ose ce que les Japonaises s’interdisent de faire: s’exprimer.

Pourquoi on en parle?

Elle raconte son combat dans Boîte noire, un livre désormais traduit en français. «Une victime de viol est censée demeurer prostrée chez elle, terrassée par la honte, explique-t-elle à Grazia. Mais moi, pour réussir à survivre à tout cela, j’ai besoin de me battre.» Fuyant les menaces, Shiori Ito vit désormais à Londres mais continue d’inciter les femmes à briser l’omerta. A la suite de l’affaire Weinstein, elle a créé le mouvement #WeToo au Japon. Le hashtag se propageant à la vitesse de l’éclair, les médias de son pays ont enfin commencé à enquêter sur les violences sexuelles. Selon un sondage réalisé par le quotidien Nikkei, une femme sur deux a été victime de harcèlement sexuel sur son lieu de travail, mais seules 35% d’entre elles l’ont signalé.

Qu’est-ce que les autres en disent?

«Elle a subi l’enfer, elle est d’une force exceptionnelle», relève la journaliste française Mie Kohiyama dans les colonnes de Libération. «Mon père est Japonais, j’ai étudié et travaillé à Tokyo. C’est parce que je connais bien ce pays que j’ai été époustouflée par cette jeune femme.»

Ce qui l'aide à continuer

Alors que Shiori parle publiquement du viol subi, sa famille prend peur. «Pendant un an, ma petite sœur et moi nous ne nous sommes plus parlé, confie-t-elle à Paris Match. Je pense qu’elle a compris que ce n’était plus aussi effrayant désormais.»

Retrouvez d'autres portraits de femmes sur Femina.ch (Femina)

Créé: 26.05.2019, 09h55

Articles en relation

Changer la définition du viol pour mieux le combattre

L'invitée Manon Schick demande que la Suisse fasse évoluer sa législation en matière de relations sexuelles non consenties. Plus...

«Les victimes du viol de guerre ne doivent pas redevenir des proies»

Luxembourg Pour Anne-Marie von Arx-Vernon, la reconstruction de ces femmes nécessite une approche globale. Plus...

«J’ai toujours voulu être une voix pour ceux qui n’en ont pas»

Le combat de la grande-duchesse Pour briser le silence, Maria Teresa de Luxembourg s’engage corps et âme dans la lutte contre le viol comme arme de guerre. Plus...

Jugé pour viol et cruauté, il encourt 5 ans de prison

Vevey Le procès de l’homme accusé d’avoir violé et humilié une femme diminuée s’achève. Le Parquet requiert la prison ferme et un traitement ambulatoire. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.