Passer au contenu principal

«Splendid’s» et les virils gangsters de Jean Genet

A Vidy, Arthur Nauzyciel propose un spectacle onirique qui convoque fantasmes et violence. Critique.

Le metteur en scène Arthur Nauzyciel a confié les rôles de Splendid's, spectacle bilingue, à sept comédiens américains et un Français. Traduite, la langue directe et brute de Jean Genet ne perd rien de sa force. L'anglais renforce même l'amabiance de films noir dans laquelle évoluent ces gangsters assiégés par la police.
Le metteur en scène Arthur Nauzyciel a confié les rôles de Splendid's, spectacle bilingue, à sept comédiens américains et un Français. Traduite, la langue directe et brute de Jean Genet ne perd rien de sa force. L'anglais renforce même l'amabiance de films noir dans laquelle évoluent ces gangsters assiégés par la police.
DR

Des taulards, un maton, une charge sexuelle. D’abord, il y a la projection d’Un chant d’amour, le court-métrage homo érotique – longtemps censuré pour pornographie – tourné par Jean Genet en 1950. Quand l’écran se lève: des gangsters en chair et en os, un flic qui a changé de camp et un palace où un kidnapping a mal tourné. Après les fantasmes sur celluloïd, place, sur scène, à l’action et au rêve. Cinématographiques.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.