Stemann adapte «Nathan le Sage» de Lessing à Vidy

Théâtre«J’aime les textes forts, car je désire un théâtre fort», déclare le metteur en scène allemand, qui questionne la tolérance religieuse.

Avec «Nathan!?» à Vidy, l’Allemand Nicolas Stemann donne une version très contemporaine de la pièce de G. E. Lessing, augmentée de textes du Prix Nobel de littérature Elfriede Jelinek.

Avec «Nathan!?» à Vidy, l’Allemand Nicolas Stemann donne une version très contemporaine de la pièce de G. E. Lessing, augmentée de textes du Prix Nobel de littérature Elfriede Jelinek. Image: Samuel Rubio

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Le théâtre politique ou à fort engagement social nous vient souvent d’Allemagne et trouve un bon accueil à Vidy. Après le Je suis Fassbinder de Falk Richter, en fin de saison dernière, Nicolas Stemann revient au bord du lac, après son Werther, avec Nathan!?, adaptation très contemporaine du Nathan le Sage (1779) de G. E. Lessing. «Je l’avais déjà créée en Allemagne en 2009, précise le metteur en scène. Mais cette version est très différente. J’ai décidé de la reprendre après les attentats de Paris au Bataclan et à l’Hyper Cacher. Le contexte politique et culturel est inédit.»

La pièce de l’écrivain allemand du siècle des Lumières questionnait (déjà!) la tolérance religieuse entre les trois monothéismes. «Cette pièce est un classique en Allemagne, mais elle n’est pas tellement connue dans la francophonie, où j’essaie de la transporter.» L’irruption de notre présent se réalise par l’ajout de textes du Prix Nobel Elfriede Jelinek, avec qui Stemann collabore depuis dix créations. La pièce, en deux temps, comporte ainsi deux projets esthétiques très différents. «Il y a la pièce en train de se jouer aujourd’hui, mais il y a aussi la pièce elle-même, celle de Lessing, dont il est possible de suivre l’histoire, son suspense.»

«A l’époque, les fondamentalistes étaient chrétiens, les tenants d’une politique libérale, musulmans»

Interdite par l’Église du vivant de l’auteur, la pièce de Lessing, située pendant les Croisades, rencontre notre actualité de manière stupéfiante. «A l’époque, les fondamentalistes étaient chrétiens, les tenants d’une politique libérale, musulmans. Aujourd’hui, la société se sent insécure et se pose beaucoup de questions, sans trouver de réponses. Le monde politique n’en donne pas, si ce n’est fausses ou faciles. Les attentats en France ont été commis par des Français, mais la réaction a été de bombarder le Moyen-Orient…»

Le dispositif de Stemann vise à montrer comment le discours de tolérance de Lessing rencontre, encore et toujours, un mur. «Son monde était celui des idées. Mais il y a les belles idées et le monde matériel, la réalité sociopolitique. Il ne suffit pas de déclarer que nous sommes tous frères. Entre ces pôles, je cherche des tensions… et un court-circuit! Même dans le texte de Lessing, le happy end se paie: les amants deviennent frère et sœur, la dimension érotique meurt dans cette dialectique de la tolérance.»

Sophocle, Goethe, Tchekhov, Büchner: Nicolas Stemann aime se frotter aux classiques. «J’aime les textes forts, car je désire un théâtre fort. Ce n’est pas sans raison que les classiques survivent au temps.» Sa complicité avec Elfriede Jelinek aurait pu tourner court. «J’ai été appelé à la mort d’un metteur en scène très connu pour qui elle avait écrit. Je devais le remplacer, mais je n’y comprenais rien, je doutais. Elle m’a dit de prendre toutes les libertés, même de se moquer d’elle, ce que j’ai fait. Elle a adoré.» (24 heures)

Créé: 15.09.2016, 21h47

La pièce

Lausanne, Théâtre de Vidy
Jusqu’au sa 24 septembre
Rens.: 021 619 45 45
www.vidy.ch

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 4

Les excès de zèle de Corsier pour naturaliser un étranger, paru le 25 juillet
(Image: Bénédicte) Plus...