Passer au contenu principal

La succession de René Gonzalez va débuter par une réflexion sur la mission du lieu

Le chemin qui débouchera sur la nomination d’un nouveau directeur pour le théâtre de Vidy s’annonce long mais serein.

Chris Blaser -a

Faut-il maintenir Vidy au firmament de la création européenne ou le théâtre doit-il revenir à des ambitions plus modestes ? C’est la première question à laquelle devra répondre le futur comité de nomination du théâtre de Vidy.

René Gonzalez, décédé mercredi dernier à 69 ans des suites d’un cancer, laisse un formidable outil culturel, lieu phare de la création européenne. « Quand on voit ce qu’est devenu Vidy grâce à René Gonzalez, on peine à imaginer qu’on puisse en faire un petit théâtre local », avance Brigitte Waridel, cheffe du service des affaires culturelles du canton de Vaud. La responsable se refuse toutefois à aller plus loin dans l’analyse. « Avant de se demander qui pourrait succéder à René Gonzalez, il faut réfléchir à la suite qu’on veut donner à cette institution. C’est une réflexion qu’il faut initier dans la sérénité et non pas sur la place publique. »

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.