Une série sur le suicide d'une ado fait réagir

TélévisionLes appels à la vigilance se multiplient autour de «Thirteen Reasons Why» produite par Netflix et construite autour d'un drame.

L'héroïne de «Thirteen Reasons Why» est interprétée par Katherine Langford.

L'héroïne de «Thirteen Reasons Why» est interprétée par Katherine Langford. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

«Je vais vous raconter l'histoire de ma vie, plus particulièrement pourquoi elle s'est terminée», explique dans la série Hanna Baker sur chacune des 13 cassettes qu'elle a enregistrées avant de mettre fin à ses jours. Depuis sa mise en ligne fin mars, ce récit en 13 épisodes, adapté du roman de l'écrivain américain Jay Asher, est devenu un phénomène auprès du jeune public.

Netflix ne publie jamais de chiffres d'audience, mais plus de 11 millions de tweets sur le programme, produit par l'actrice et chanteuse Selena Gomez, ont été postés en quelques semaines seulement.

«Thirteen Reasons Why» n'est pas à proprement parler une série pour adolescents. On y assiste au suicide d'Hanna Baker, ainsi qu'à des scènes de viol. Netflix lui a associé le label «TV-MA», indiquant que son contenu «peut être inapproprié pour des enfants de moins de 17 ans». La plateforme a également rajouté un avertissement qui apparaît avant le début du visionnage de la série, qui vient en plus de celui déjà inclus au début des trois épisodes les plus marquants.

A également été mis en ligne un programme d'une demi-heure dans lequel acteurs, producteurs et experts en santé mentale expliquent la démarche adoptée dans la préparation de «Thirteen Reasons Why». L'ensemble se voulait d'ailleurs davantage une réflexion sur le harcèlement, la sexualité des adolescents et la notion de consentement, plutôt que sur le suicide.

«Vision romancée»

Mais malgré ces précautions, beaucoup s'inquiètent des conséquences possibles sur de jeunes internautes qui viendraient à visionner un ou plusieurs épisodes de la série. «Nous recommandons que des jeunes vulnérables, tout particulièrement ceux qui ont pu penser au suicide, ne regardent pas cette série», indique l'Association nationale des psychologues scolaires (NASP) sur son site.

«Ce récit fort pourrait donner à des téléspectateurs impressionnables une vision romancée des choix que font les personnages», poursuit la NASP, «ou avoir des fantasmes de vengeance». Sollicité par l'AFP, Netflix n'a pas donné suite.

La Jed Foundation, une organisation basée à New York (nord-est des Etats-Unis) et dédiée à la lutte contre le suicide chez les adolescents, a publié, en anglais et en espagnol, une réflexion sur la série, conjointement avec l'association de prévention SAVE. «Les cassettes d'Hannah font porter aux autres la responsabilité de son suicide», explique la note, publiée au moment de la mise en ligne de la série. Mais «un suicide n'est jamais la faute des survivants».

Pour Victor Schwartz, psychiatre qui travaille pour la Jed Foundation, les enfants de moins de 15 ans ne devraient pas regarder ce programme. Pour les plus âgés, il conseille un visionnage en groupe ou avec un adulte, ainsi que d'éviter de regarder plusieurs épisodes d'affilée. «Pour les personnes sujettes à une anxiété aiguë ou à la dépression, ayant des pensées suicidaires, cette présentation peut jouer un rôle déclencheur et augmenter leur propre risque de suicide», avertit Victor Schwartz.

«Idées noires»

Avec près de 6000 décès, le suicide était la deuxième cause de mortalité chez les 10-24 ans en 2015, selon le Centre national de prévention et de contrôle des atteintes physiques.

Responsable des écoles de la petite ville de Dobbs Ferry, au nord de New York, Lisa Brady a décidé d'écrire une lettre aux parents pour leur parler de la série. Elle souhaitait les alerter, alors que beaucoup ignoraient l'existence de ce programme déjà culte, du fait que «tous les enfants voulaient (le) regarder» et leur conseiller, s'ils souhaitaient y autoriser leurs enfants, de le visionner avec eux.

La fille de Michael Jackson, Paris (19 ans), qui a fait une tentative de suicide il y a quatre ans, a posté elle aussi un message d'avertissement sur son compte Instagram, tout en donnant, par ailleurs, une opinion plutôt positive de la série. «S'il vous plaît», a-t-elle écrit, «ne regardez cette série qu'avec prudence, et gardez à l'esprit qu'elle peut vous donner des idées noires.»

came across this online and i'm not sure what the source is but this is really important to spread towards people that are struggling with depression or anxiety, self-harm, and or suicidal thoughts. this show was an amazing way to get the message across to bullies that they need to stop doing what they are doing, it really did a good job of showing how impactful words and actions can be to other human beings. you can't just do or say things to people without thinking about how it will affect them. but at the same time it is also an extremely triggering thing to watch. please only watch this show with caution and keep in mind that it may put you in a dark place. if you are struggling please don't watch it. if you think you can handle it, please by all means check it out.

Une publication partagée par Paris-Michael K. Jackson (@parisjackson) le

(afp/nxp)

Créé: 12.05.2017, 07h32

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 4

Les excès de zèle de Corsier pour naturaliser un étranger, paru le 25 juillet
(Image: Bénédicte) Plus...