Le coup de gueule des «Coups de cœur»

TélévisionClap de fin pour le show d’Alain Morisod. Qui ne comprend toujours pas son retrait de la grille de la RTS.

Alain Morisod sur le plateau des «Coups de cœur». Le 9 novembre, le musicien enregistrera la dernière émission de la série.

Alain Morisod sur le plateau des «Coups de cœur». Le 9 novembre, le musicien enregistrera la dernière émission de la série. Image: RTS

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La nouvelle a fait long feu. Annoncée en janvier dernier par la RTS, la fin des «Coups de cœur» d’Alain Morisod a donné naissance, huit mois plus tard, à une pétition – initiative indépendante du meneur de revue, précise ce dernier – réclamant le maintien de l’émission dans la grille des programmes télévisés. La décision du service public semble irrévocable. Cependant, le 9 novembre, Alain Morisod et ses invités, dont Marie-Thérèse Porchet, enregistreront une ultime émission, qui sera diffusée en décembre.

«Tout disparaît. Il n’y aura plus de chanson à la télévision. Je n’en veux pas à la RTS. Mais voyez les réactions! Du courrier, il en arrive beaucoup, qui demande ce qu’on peut faire pour garder «Les Coups de cœur».

Des jeunes et de la musique

Huit mois depuis que le couperet est tombé. Alain Morisod, aujourd’hui, en parle sans plus de pathos. Pourtant, ses propos restent les mêmes qu’au début de l’année. Le musicien genevois, 70 ans, ne mâche pas ses mots: «Évidemment, la RTS est obligée de courir après le jeune public. Mais arrêtons de chercher midi à quatorze heures. L’intergénérationnel, ça n’existe pas. Le public du samedi soir, devant son poste de télé, ce n’est pas 40 ans de moyenne d’âge, mais 50 et plus. Ce sont les derniers des Mohicans. Ce public, on le connaît. Et on ne veut pas le perdre. Encore moins pour de mauvaises raisons.»

Pour voir l'infographie en grand, cliquez ici.

«Les Coups de cœur» ne rassemblent plus assez pour prétendre au meilleur des créneaux horaires. Entre 19h et 22h, les places sont chères en prime time, plus encore le samedi. Voilà, en résumé, les arguments de la RTS (lire en encadré). Un constat qui fait fi de nuances essentielles, selon Alain Morisod: «Prenez le Festival des musiques populaires, à Crans-sur-Sierre. Pourquoi ça marche moins bien? Des jeunes, il y en a. Au début en tout cas. Ils commencent par la clarinette. Ils participent à l’émission. Puis ils grandissent et veulent une guitare électrique. Et s’en vont ailleurs. Dans des émissions dédiées au rock? Non! Car il n’y en a pas, et c’est pareil pour le théâtre ou la littérature.»

Des croisières et du piano

«Les Coups de cœur» intéressent les aînés. Écarter cette évidence constitue une mauvaise idée, répète Alain Morisod. «Les chiffres d’audience sont encore bons.» Le coût des «Coups» serait-il en cause? «Ça ne coûte pas si cher!» Voir ailleurs, alors? Produire l’émission avec une entreprise privée? «Personne n’a les moyens ni l’envie. Mais le service public, oui. Trop d’argent de la RTS a-t-il été dépensé pour d’autres choses? Je m’interroge. Je n’en veux à personne. Mais je sais que les gens ont besoin de chansons.»

Et Alain Morisod, lui, de quoi a-t-il besoin? De jouer du piano, pardi. Son affaire marche bien, d’ailleurs. En mai passé, il enregistrait au Québec pour un DVD. Ce week-end, le musicien s’en va animer une croisière de Venise à Santorin, en attendant Chypre puis Jérusalem. À la fin de novembre, il entamera sa traditionnelle tournée de Noël avec les Sweet People, avec étape au Théâtre du Léman le 12 décembre. «Ça fait vingt ans que je klaxonne et les gens sont toujours au rendez-vous.»

Une émission qui coûte cher

Des formats «plus modestes», en revanche, obtiennent de meilleures audiences: l’humour avec «120 Minutes» notamment, et les formats originaux tournés à l’extérieur, «Dîner à la ferme» ou «Des Suisses à Los Angeles». Et la musique? «La prestation musicale en tant que telle ne suffit plus si elle n’est pas accompagnée d’un événement – une compétition, une mise en scène, un festival.»

Rester modeste, voilà qui sied à la RTS. N’était-ce pas également l’apanage des «Coups de cœur»? «N’importe quelle émission coûte entre 180'000 et 340'000 francs le numéro. Or, les «Coups de cœur» sont dans la fourchette la plus haute, entre 250'000 et 320'000 francs.» Pourquoi ne pas externaliser la production? «L’émission ne serait pas moins chère. On a songé également à faire des places payantes lors du tournage. Mais avec la redevance, cela devenait ambigu. Difficile aussi de trouver un lieu suffisamment grand à l’extérieur de la RTS, et déplacer l’équipe a un coût important.»

Sauver «Les Coups de cœur», quelqu’un y croit encore? Il y a une semaine, la SSR a annoncé un nouveau train de coupe: prochain objectif, économiser 50 millions de francs. «Les Coups» ont bel et bien vécu.

Créé: 26.09.2019, 20h52

Quand la musique n'est plus qu'un show sur le petit écran

Selon la RTS, l’émission coproduite par le service public et la société d’Alain Morisod ne «rassemble» plus suffisamment de téléspectateurs. «Avec 30% de parts de marché, on estime qu’un large public est atteint. Ce qui n’est pas le cas des «Coups de cœur»: de 24% et 100'000 spectateurs en 2014, l’émission est passée à 17% et 80'000 spectateurs en 2018», indique Philippa de Roten, directrice des programmes sociétés et culture. Les valeurs de l’année 2019, toutefois, sont légèrement supérieures à l’année précédente (voir infographie ci-dessus).

Mais l’essentiel est là, qui consiste en une «lente érosion» de l’audience: «La variété traditionnelle a été écrasée par les Talent Show tels que «The Voice», des émissions qui nécessitent des moyens considérables, des studios énormes, des semaines de tournage, hors de portée de la RTS.» Le service public a tout de même lancé ses propres concours, «Chorus» et «Alors on danse»: «Faute de posséder les moyens et les codes, ça n’a pas marché».

Articles en relation

Alain Morisod: «Ma vie, c’est un gigantesque Monopoly!»

Livre Interview Avant sa tournée de Noël, le musicien genevois remet à leur place ses détracteurs dans Gravé dans mon cœur Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.