Déjà 25 ans que la RTS prête ses jumelles aux spectateurs

TélévisionRetour sur «Passe-moi les jumelles», un succès qui perdure également sur YouTube.

Virginie Brawand et Benoît Aymon posent leurs jumelles pour de bon.

Virginie Brawand et Benoît Aymon posent leurs jumelles pour de bon. Image: RTS/Laurent Bleuze

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

«Dans les années 90, regarder «Passe-moi les jumelles» était un besoin, aujourd’hui c’est devenu une urgence. Dans un monde ultraconnecté de plus en plus individualiste, cette invitation à prendre du temps et à fusionner avec la nature est vraiment nécessaire.»

La formule est signée du directeur de Présence Suisse, Nicolas Bideau, l’un des cinq invités du numéro anniversaire de l’émission diffusée ce soir.

Réunies, une fois n’est pas coutume, dans la tour RTS de Genève, des personnalités attachées à l’esprit de «Passe-moi les jumelles» discutent notamment de ce qui fait son succès depuis un quart de siècle. «Les gens me disent que c’est leur oxygène.

Qu’on leur offre une occasion de s’évader sans le moindre stress, sans angoisse, dans un rythme plus lent», explique la présentatrice, Virginie Brawand, dont ce sera le dernier «Paju» avant de partir en «Altitudes» sur les ondes de la radio en compagnie de Simon Matthey-Doret.

L’âme de l’émission, Benoît Aymon, part à la retraite au printemps, et son dernier visage s’en va aussi après onze ans passés à arpenter les sentiers. Qui va dés­ormais régler la netteté de ces jumelles qu’on nous repassera dès mars 2019? «Je peux vous dire que c’est un homme et que son univers personnel est totalement en accord avec celui de «Paju».

Mario Fossati, chef de l’Unité des Magazines Société et Culture de la RTS, entretient le mystère, mais il se veut rassurant. «Le public aime «Passe-moi les jumelles» comme on aime un restaurant dont on connaît la carte par cœur. Jamais il ne nous viendrait à l’idée de soudain leur servir de la cuisine fusion! Nous allons revoir l’habillage de l’émission (le générique, la musique, la présentation) tout en nous assurant de respecter son ADN si particulier.»

C’est un rendez-vous qui nous ancre dans des choses simples et dont la dimension positive est forte. Les Romands y sont attachés, mais pas seulement: certaines émissions sont deux fois plus regardées sur YouTube que sur la RTS!»

RTS1, vendredi 9 novembre, 20 h 10. (24 heures)

Créé: 08.11.2018, 19h33

En chiffres

160 000
téléspectateurs en moyenne. Une audience comparable à celle de «Temps Présent».

344
Le nombre de «Paju» avec la spéciale de ce soir, qui dure 100 minutes.

800

Le nombre de reportages pour «Passe-moi les jumelles» en 25 ans avec plus de 70 journalistes et réalisateurs.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.