Passer au contenu principal

Dix séries à «binge-watcher»

Vous n’avez jamais assez de temps à consacrer à tous les épisodes d’une série qui, vous en êtes sûr, ne pourra que vous plaire? C’est le moment de profiter de l’offre pléthorique des plateformes, dans laquelle nous avons pêché quelques perles.

KEYSTONE/Christian Beutler

1.«Sex Education», saisons 1 et 2

On pouvait craindre la potacherie vulgaire: des adolescents dans un collège à l’anglo-saxonne qui se débattent avec leurs hormones. Mais en deux saisons sur Netflix, «Sex Education» est devenu culte. D’abord parce que c’est souvent très drôle. Ensuite parce que les personnages sont incroyablement bien écrits et attachants, et que le sexe n’empêche pas de parler sentiments. On a beau avoir dépassé l’âge d’être cœur de cible de la série, c’est vite addictif, car les parents des ados ont souvent autant de problèmes que leur progéniture. Deux saisons disponibles déjà, la 3e est en tournage.

À visionner sur Netflix.

----------

2. «Mindhunter», saisons 1 et 2

Culte après deux saisons, ce polar, produit par David Fincher, raconte la naissance du profilage. À la fin des années 70, l’expression «serial killer» n’existe pas. Sous l’impulsion de deux agents, le fringant Holden Ford (Jonathan Groff) et son collègue, le bourru Bill Trench (Holt McCallany), le FBI ouvre une unité des sciences du comportement. Le duo rencontre et enregistre les témoignages de tueurs en série, déjà emprisonnés, pour comprendre leurs motivations. Brillant et passionnant! Mais la saison 3 ne verra peut-être pas le jour, Fincher étant trop sollicité sur d’autres projets.

À visionner sur Netflix.

----------

3. «See», saison 1

L’une des premières séries (1 saison) qui a débarqué sur Apple TV en 2019 avec pour objectif de nous en mettre plein les yeux! D’abord, son créateur, Steven Knight, est celui de «Peaky Blinders». Et le pitch est intrigant: l’humanité a encaissé une catastrophe qui oblige les survivants, revenus à l’état primitif, à vivre dans un monde postapocalyptique. Pire: un virus les a rendus aveugles. Baba Voss, incarné par Jason Momoa («Game of Thrones»), chef de la tribu des Alkenny, accueille une femme enceinte qui accouche de jumeaux ayant la vue! Les ennuis commencent…

À visionner sur Apple TV.

----------

4. «The Morning Show», saison 1

Série phare de la plateforme Apple TV, «The Morning Show» fait exploser le couple vedette du talk-show le plus regardé des États-Unis. Mitch Kessler (Steve Carell) est accusé d’abus sexuel sur une collègue. Démarre alors une course d’ambitions qui met en crise l’émission et son équipe. «The Morning Show» présente un étonnant mix de grosses ficelles et de nuances scénaristiques, notamment sur la thématique du consentement. D’énormes moyens offrent une reconstitution spectaculaire des coulisses d’un show de télé. Une 2e saison est en tournage.

À visionner sur Apple TV.

----------

5.«Dickinson», saison 1

La vie de la poétesse américaine Emily Dickinson à la fin du XIXe siècle n’est pas barbante quand c’est Alena Smith («The Affair») qui signe le scénario! La chanteuse et actrice Hailee Steinfeld («True Grit», des frères Coen), donne une fraîcheur décoiffante à la jeune Emily, 18 ans, qui, féministe avant l’heure, semble coincée dans la mauvaise époque. Au premier coup d’œil, on se croirait dans une série en costumes, mais la réalisation, la bande-son et les dialogues sont ultramodernes. Une seule envie alors: se plonger dans ses poèmes.

À visionner sur Apple TV.

----------

6. «Les nouvelles aventures de Sabrina», saisons 1 et 2

Depuis 2018, peu avant Halloween, une adorable sorcière a investi Netflix. Sabrina, dont les aventures sont adaptées de comics, est incarnée par Kiernan Shipka («Mad Men»). Axée sur le passage à l’âge adulte à travers des rites initiatiques, la série, qui compte déjà deux saisons, met en scène la jeune héroïne qui lutte pour concilier sa double nature – misorcière, mi-mortelle. Elle s’oppose aussi aux forces du mal qui la menacent elle, sa famille et le monde des mortels, sans jamais se séparer de son chat noir, baptisé Salem, évidemment!

À visionner sur Netflix.

----------

7. «The Mandalorian», saison 1

Gros produit d’appel de la nouvelle plateforme Disney, la série «The Mandalorian», créée par Jon Favreau («Roi lion»), se situe dans l’univers de «Star Wars», cinq ans après «Le retour du Jedi» et vingt-cinq avant «Le réveil de la Force». L’histoire est celle d’un mercenaire mandalorien (Pedro Pascal), chasseur de primes de la lointaine galaxie, qui accepte de mettre la main sur un bébé ou un enfant de la même espèce que Yoda (qui vit des siècles). Mais sa conscience va se réveiller après sa capture…

À visionner sur Disney +.

----------

8. «Hunters», saison 1

L’une des séries les plus commentées de ce début 2020. Produite par l’oscarisé Jordan Peele, «Hunters» dont la saison 1 a été mise en ligne le 23 février, s’inspire d’une réalité de notre Histoire. Elle plonge dans le quotidien d’une brigade qui chasse les nazis, réfugiés dans le New York de 1970. Dix épisodes dramatiques, pop et colorés, parfois très durs et même indigestes lors des flashback dans les camps. Mais la série a du culot et possède un atout de taille: Al Pacino, brillant en vieux juif dans une mise en scène kitsch, comme un hommage à Tarantino.

À visionner sur Amazon Prime.

----------

9. «Jack Ryan», saison 1 et 2

Amazon a sorti l’artillerie lourde avec les aventures de Jack Ryan, héros phare du romancier Tom Clancy. Archiviste basé en Angleterre et consultant pour la CIA, il doit quitter son bureau douillet pour affronter l’armée russe quand le capitaine d’un sous-marin nucléaire déserte. Aux manettes de cette adaptation fort réussie, on retrouve Carlton Cuse («Lost»). Explosions, fusillades, jolies filles et John Krasinski, qui incarne avec brio un Jack Ryan plus proche de votre voisin de bureau que d’un superhéros.

À visionner sur Amazone Prime.

----------

10. «La casa de papel», saison 1, 2, 3 et 4

Créée en 2015 pour Antena 3, «La casa de papel», pépite espagnole saluée par la critique, a été rachetée par Netflix en 2017, qui la produit depuis la saison 3. Le pitch? Le Professeur réunit huit experts en braquage pour le casse de la Maison de la monnaie. Mais l’affaire vire au cauchemar… Les malfrats portent tous des noms de ville, tels Helsinki, Rio ou Berlin. Allégorie sur la rébellion, la série a révélé la splendide Ursula Corbero dans le rôle de Tokyo. La saison 4 a commencé le 3 avril sur la plateforme.

À visionner sur Netflix.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.