Passer au contenu principal

Marina Hands dit tout sur «Taboo»

La comédienne frenchie, 42 ans, touche à tout surdouée, découvre le monde des séries avec une création de la BBC relayée par Canal +. Gothique, rock et sexy.

Longtemps, Marina Hands a rêvé d’être cavalière, comme son ami et béguin d’enfance Guillaume Canet. La fille de l’actrice française Ludmila Mikaël et du metteur en scène britannique Terry Hands en a gardé le goût de désarçonner. Sautant du théâtre au cinéma, de Molière en Césars, la brune s’infiltre partout. Dans Taboo, «la» série buzz du moment, la comédienne joue les espionnes dans le Londres mal famé du XIXe, avec les atmosphères que brassaient dans le grand chaudron littéraire Charles Dickens, Oscar Wilde ou Mary Shelley.

Fardée en cocotte française, enrubannée de mystère coquin, la cosmopolite Marina Hands raconte ce tournage avec la précision d’un agent secret. «Depuis toujours, je me sais curieuse, aventurière, impatiente! Et sans plan de carrière hormis l’écolage anglo-saxon qui m’est cher, j’ai toujours trouvé naturel d’aller me promener pour fureter dans le métier.» Elle soupire. «Bien sûr, la grande beauté de ma mère m’a toujours impressionnée. Alors, je me suis laissée guider par les projets, les gens les plus accueillants. Sans boulimie ni obsession de reconnaissance.» Et de rire: «C’est que… la vie m’intéresse aussi!»

«J’ai adoré approfondir Lady Musgrave par petites touches. Au cinéma, ce n’est possible que si vous êtes la tête d’affiche»

Pour sa toute première série télévisée, la Française s’est retrouvée dans les studios de la BBC à Londres. Le projet rutile sous les références. Aux commandes, Ridley Scott et Steven Knight, déjà producteurs du très efficace Peaky Blinders, dirigent l’adaptation d’un scénario imaginé par la star montante Tom Hardy et son père romancier, Chips. Kristoffer Nyholm et Anders Engström, auteurs scandinaves remarqués pour The Killing et Jordskott, réalisent. «Moi, j’ai un second rôle, Lady Musgrave, une comtesse exubérante qui manipule le héros. Une participation courte mais souvent décisive. J’ai adoré approfondir ainsi un personnage, par petites touches. Au cinéma, ce n’est possible que si vous êtes la tête d’affiche.»

Pion indéfinissable sur l’échiquier, sa noble garce cherche à mettre échec et mat le «King», James Delaney. Couturé de partout, hanté par le vaudou africain, ce baroudeur revient au pays, déterminé à exploiter l’héritage de son père. Qui se révèle une bande de terre stratégique pour la Compagnie des Indes Orientales et des rivaux cupides.

«La télévision, ces derniers temps, devient le lieu des libertés subversives et singulières.» Avec humour, Marina Hands avoue être une fan absolue de Girls, la déjante déculottée en six saisons par Lena Duham. «Elle ose parler des questionnements des jeunes femmes actuelles, de leur sex-appeal comme de leur ambivalence. Bon, je suis sans doute un peu trop âgée pour ça. Mais si j’étais tombée là-dessus quand j’avais 20 ans, cela m’aurait fait un bien fou!» A 42 ans, l’ex-Lady Chatterley ne rougit guère. Inceste et autres perversions n’effraient d’ailleurs pas le clan Hardy dans Taboo. «Tom pourrait jouer les beaux gosses à Hollywood mais de Mad Max: Fury Road en Dark Knight, il vise la monstruosité humaine. Tout ce qui bouillonne dans la marge, jusqu’à l’immoralité, le fascine.»

Et Taboo grésille en enfer avec un luxe de costumes déjantés et de décors soignés. «Sauf que ce tournage n’avait rien de glamour. Tom Hardy s’est impliqué à fond, réécrivant parfois des scènes sur un coin de table le matin. Il y a eu beaucoup d’heures supplémentaires pour chacun! Non, c’était un plateau laborieux, bosseur, fondé sur l’économie de moyens. Au fond, une ambiance très rock’n’roll, pas la grosse machine avec des superstars invisibles.» Une saison 2 est engagée. En sera-t-elle? «Possible! C’est si rare que je ne meure pas à la fin…»

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.