Passer au contenu principal

La RTS vit un feuilleton idyllique avec la puissante chaîne HBO

Sur les séries événementielles, la «petite» RTS devance les chaînes traditionnelles et plates-formes de chargement payant. Nouvelle preuve avec «Big Little Lies» et explications d’Alix Nicole, responsable des acquisitions.

Dès lundi, Big Little Lies, juste après sa diffusion américaine, débarque sur nos écrans (ndlr: sur la RTS les lundis à 22h45, 7 X 52’). Aux USA, le feuilleton est attendu avec impatience, emblématique de l’age d’or qui souffle depuis quelques années sur la production télévisée. Loin du produit d’abattage, cette adaptation du best-seller de l’Australienne Liane Moriarty a vu des superstars du gabarit de Nicole Kidman ou Reese Witherspoon s’empoigner pour l’acquisition des droits. Les comédiennes et productrices se sont réconciliées à l’affiche, devenant même les meilleures amies du monde, et pas seulement pour les besoins du scénario. Le réalisateur Jean-Marc Vallée, auteur de Dallas Buyers Club et Wild, oscarisés pour leurs acteurs, a été recruté, David E. Kelley, producteur chevronné d’Ally McBeal officie en showrunner.

Alix Nicole, responsable de l’acquisition des séries à la RTS, ne s’enorgueillit même pas de ce nouveau coup de maître. «Nous entretenons avec la chaîne payante HBO une longue complicité. Nous avions vu cette pratique en France chez OCS. Antenne 2 ou France 3 ne peuvent se le permettre par manque de cases horaire. Alors, pourquoi pas nous? Ça ne nous coûte pas plus cher (ndlr: entre 4000 et 5000 francs par épisode, comme pour «Scorpion» ou «NCIS»), juste un surcroît d’attention sur la livraison du matériel.» Elle se félicite surtout que les aventures de ces «Desperate Housewives» soient diffusées en version française (avec toutefois, une v.o. pour les puristes). «Le public romand préfère le doublage et contrairement aux précédens Game of Thrones, Vinyl The Knick, Master of Sex, Vikings ou Westworld, nous avons fait rarissime, eu le temps.»

L’audience dans cette tranche horaire, après le programme Box-Office, reste raisonnable, stabilisée jusqu’ici, à 9, 2% de parts de marché, soit 40’000 spectateurs. «Game of Thrones avait marqué un pic, comme Westworldrécemment. Une tradition s’installe, se conforte même, note Alix Nicole. Puisque la RTS avait été parmi les premières à programmer Dream On ou Twin Peaks.» Malgré l’évolution des pratiques de consommation sur ce type de produits, le score plus que respectable, encourage à poursuivre. «Nous contentons une niche de fans pointus, qui avec l’irruption d’Internet, veut «tout, tout de suite».»

Seul bémol à ce feuilleton idyllique avec la puissante HBO, la compétition, toujours plus acharnée. Ainsi, après Big Lies, la RTS annonce la diffusion de The Americans mais cette fois, sera loin d’être inédite, les espions étant déjà en saison 5 sur Canal Plus et FX.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.