Passer au contenu principal

ThéâtreAu 2.21, Karim Slama se mue en lutin malicieux

Dans «L’évadé», le comédien livre une prestation au poil mais pourrait faire un pas de plus hors de sa zone de confort. Critique.

Slama campe l’imagination du patient coincé au lit.
Slama campe l’imagination du patient coincé au lit.
DUSSEZ

Que reste-t-il à un homme atteint du «locked-in syndrome», ce mal qui paralyse son corps sans toutefois altérer sa conscience? Son imagination devient sa seule arme, son unique échappatoire, sa compagne exclusive dans un cerveau privé de liens avec le monde extérieur. Dans «L’évadé», à voir jusqu’à dimanche au 2.21 puis en tournée, Karim Slama se mue en lutin facétieux, maître ès imaginaires logé dans l’esprit meurtri d’un dessinateur de BD cloué à son lit d’hôpital.

Vadrouillant dans la boîte crânienne du patient incarné par une voix off, le génie farceur tentera d’apaiser ses souffrances, de le détourner de la réalité, de l’aider à s’évader. Karim Slama excelle dans les mimiques et les saynètes humoristiques finement soulignées par une myriade d’effets sonores – sa marque de fabrique.

Mais exit le stand-up et les vannes pur sucre. Ce solo mis en scène par Robert Sandoz se déploie dans une narration tissée autour de flash-backs et des états d’âme du patient. Celui-ci enguirlande cette imagination qui le harcèle et qui déroule sans cesse des histoires à dormir debout: «Tu m’as pourri la vie à l’école. Avec toi, c’était l’enfer!» Le lutin lui rappelle qu’il est à l’origine de son succès de bédéaste. Non mais. De fil en aiguille, l’homme prendra conscience que ce gnome malicieux est un allié de taille. Son unique chance de s’évader.

Ce spectacle, l’humoriste l’a donc voulu théâtral. Il entrouvre la porte de l’émotion avec tendresse. Poignante, cette scène dépeignant la toilette du malade paralysé tandis qu’une ombre, projetée à l’arrière, le montre jouant au basket. Debout et mobile. Mais ces touches poétiques surviennent un peu tard dans la pièce. Karim Slama gagnerait à quitter, un peu plus, sa zone de confort.

----------

Lausanne, 2.21 Me 17 oct., je 18 (19 h), ve 19 (20 h 30), sa 20 (19 h) et di 21 (18 h) Rens. 021 311 65 14 www.theatre221.ch

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.