Comment Morges-sous-rire a boosté sa carrière

Humour Un clip sur le feu, des projets à la pelle: sa récente victoire au festival a boosté la carrière d'Antoine Maulini.

Antoine Maulini à la Perle du lac. Le Genevois va se produire dans plusieurs grands festivals d’humour francophones.

Antoine Maulini à la Perle du lac. Le Genevois va se produire dans plusieurs grands festivals d’humour francophones. Image: maurane di matteo

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

En ce moment, son téléphone sonne beaucoup plus souvent qu’avant. Avant, c’était il y a quelques semaines à peine, lorsque Antoine Maulini faisait encore partie de ces comédiens prometteurs en quête de reconnaissance. Remarqué dans La Revue et dans plusieurs productions de la Compagnie Confiture, l’humoriste genevois avait présenté en avril à Chêne-Bourg son premier one-man-show, Le Mytho, entre vérités et affabulations.

Depuis, un événement décisif a boosté la carrière de ce tout jeune trentenaire au débit irrésistible. En adaptant une partie de son spectacle, notre homme a remporté la finale du Concours scène ouverte organisée le 22 juin dernier par le festival Morges-sous-Rire. Et ça a tout changé. Désormais, on le félicite autant qu’on le sollicite. Du coup, Maulini s’apprête à vivre un été chaud bouillant, histoire de concrétiser mille projets nés de ce succès.

Car c’est peu dire que sa victoire lui ouvre des portes. «Je vais pouvoir me produire dans plusieurs grands festivals d’humour francophones: le Voo Rire de Liège, le Comedi-Ha de Québec, le Marrakech du rire et la Performance d’acteur à Cannes. Sans oublier Morges-sous-Rire évidemment. C’est énorme!» jubile l’intéressé en sirotant une bière pression sur une terrasse du centre-ville. Véritable tremplin vers la scène internationale, sa récente réussite pourrait bien le propulser très loin. «Jessie Kobel, le gagnant de l’année précédente à Morges, m’a raconté que chaque fois qu’il s’était produit dans une ville à l’étranger, il avait pu signer quantité de dates supplémentaires. Dans les salles, il y a toujours beaucoup de producteurs de spectacles.»

Un vrai showman
Certains ont déjà été bluffés par sa récente performance morgienne. «Ce type est un vrai showman! Je ne me fais aucun souci pour son avenir», s’est exclamé Jean-Michel Joyeau, directeur artistique du Jamel Comedy Club et du Marrakech du rire. «Tous les jurés m’ont donné leur voix, et j’ai récolté l’unanimité du public, dont le suffrage comptait également», glisse Antoine Maulini, encore sur un petit nuage.

Face à quatre autres joyeux drilles – tous Morgiens! – l’interprète du Mytho ne partait pourtant pas forcément favori. «J’ai improvisé sur mon côté genevois en charriant un peu les spectateurs. Ça leur a plu. Il faisait très chaud et les gens agitaient des éventails. J’ai eu un flash, l’impression de me trouver au cœur d’une corrida. J’ai brodé quelques secondes là-dessus. J’aime bien interagir avec le public. Je ne suis pas du genre à rester dans mes rails et à balancer mes sketchs imperturbablement.» En dix minutes, l’affaire était pliée. Surfant sur les séquences de son one-man-show qui avaient déclenché les plus gros fous rires à sa création (son adoption, son dépucelage, les comportements hommes-femmes en boîte de nuit), Maulini emballait l’assistance, conquise aussi bien par ses vannes que par son ébouriffant talent de danseur – il a été deux fois champion du monde de salsa cubaine vers ses 20 ans.

Propositions indécentes
Depuis, ça plane pour lui. «J’ai été contacté par le Swiss Comedy Club, qui m’a proposé trois dates en septembre, à Genève, Lausanne et Sion. Je suis en discussion avec plusieurs théâtres hors de Genève, qui veulent acheter mon one-man-show. Un privé à Dardagny m’a demandé de me produire dans une version réduite du Mytho, pour une fête qu’il organise. Je commence aussi à être contacté par des agents parisiens. Je vais les rencontrer en septembre.» Une émission de télé-réalité lui a également fait des offres, qu’il a refusées. «Je n’ai pas envie de devenir connu de cette manière.» Dans un registre plus incongru – «Vous pouvez écrire «indécent»!» – Maulini a reçu des propositions, via SMS, de fans féminines très désireuses de s’entretenir avec lui… et beaucoup plus si entente!

Gardant la tête froide, l’humoriste genevois qui monte s’est attelé au tournage d’un clip, qui va passablement l’occuper ces prochaines semaines. «Mon idée, c’est de prendre des extraits de clips qui cartonnent (Shakira, Gente de Zona, Maluma, J Balvin), de réécrire les paroles en français en les adaptant à la sauce genevoise, et de faire apparaître des personnalités locales.» Un peu dans la veine du «Gen’vois staïle» tourné par Laurent Nicolet en 2012.

Maulini peaufine aussi la réécriture de son one-man-show, de manière à le rendre encore plus percutant. Un sketch inédit sera ajouté. A voir au Théâtre Cité Bleue, les 12 et 13 octobre. «La semaine suivante, je m’envolerai pour la Belgique. Au festival Voo Rire de Liège, ce sera la première fois que je me produirai à l’étranger. J’ai vraiment l’impression que ma carrière décolle.» (24 heures)

Créé: 11.07.2017, 16h45

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 4

La mort, lundi, dans l'explosion de sa voiture, de la journaliste maltaise Daphne Caruana Galizia a provoqué une immense émotion en Europe. Le fils de la victime a accusé le gouvernement de complicité.
(Image: Bénédicte) Plus...