Foisonnement de formes pour la fin de saison de l’Arsenic

D’avril à juin, ce vivier de la création contemporaine multipliera les langages d’expression. Avant-goût.

Les photographes Loan Ngyen et Virginie Otth présenteront une exposition-performance en mai.

Les photographes Loan Ngyen et Virginie Otth présenteront une exposition-performance en mai. Image: NGUYEN/OTTH

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Un plasticien qui monte un opéra, une chorégraphe imaginant des pièces sonores via une appli smartphone, un autre alliant son art à la réalité virtuelle… Le menu de fin de saison de l’Arsenic, vivier lausannois de la création contemporaine, augure un foisonnement de langages scéniques, une hybridation exacerbée de formes, un maelström vivifiant. Reprenons. L’artiste plasticien Guillaume Pilet se métamorphose, au gré de ses «work in progress» menés à l’Arsenic, en compositeur d’opéra (en anglais). «The Dramaticon» nous immergera dans une méditation articulée autour de sa vie (31 mai-3 juin). Les chorégraphes Nicole Seiler et Gilles Jobin exploreront quant à eux les potentialités créatrices offertes par la technologie. La première auscultera les facultés du langage en audiodescription dans «Palimpseste», spectacle-déambulation (vernissage le 19 juin); le second emmènera le public dans une expérience sensorielle atypique avec «VR_I» (27 avr. - 6 mai).

À l’instar de ces deux partitions chorégraphiques singulières, d’autres propositions briseront le traditionnel rapport bifrontal scène-salle. Figure montante de la scène romande, Pamina de Coulon se fera revendicatrice en placardant des banderoles sur le bâtiment de l’Arsenic avec les interventions «printemps on recommence» (16-27 mai). Incursion des arts visuels avec «DUPLI-CATA», exposition-performance conçue par les photographes Loan Nguyen et Virginie Otth (17-27 mai). Quant à Audrey Cavelius, elle dévoilera sa recherche autour des identités corporelles dans «Séries», métissage de théâtre, de mouvement et d’arts plastiques (15-20 mai). (24 heures)

Créé: 29.03.2018, 09h11

Articles en relation

L’Arsenic continue sur sa lancée pleine de peps

Scène Créations hybrides, formes courtes et «work in progress»: le deuxième trimestre du théâtre lausannois s’annonce foisonnant. Plus...

«La "success story" de l’Arsenic est le fruit d’artistes jugés iconoclastes à leur début»

Interview Patrick de Rham, nouveau directeur du théâtre lausannois, confie ses ambitions. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.