Joël Maillard brille sans faire d’efforts

ThéâtreA l’Arsenic, le Vaudois et Marie Ripoll content une fable ethnologico-loufoque. Ludique et saisissant. Critique.

Joël Maillard et Marie Ripoll excellent dans «Sans efforts».

Joël Maillard et Marie Ripoll excellent dans «Sans efforts». Image: ARYA DIL

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Joël Maillard manie l’art de raconter des histoires avec la légèreté du fabuliste et le sérieux de l’artiste préoccupé par la transmission des savoirs, les traces que l’Homme laisse derrière lui. Sa dernière pépite, «Sans efforts», à savourer jusqu’à dimanche à l’Arsenic, brille tant par la force du propos que par la profondeur du conte qu’il nous donne à entendre, en duo avec la comédienne Marie Ripoll.

Le titre de la pièce est bien entendu ironique. Car le binôme en a fait, des efforts, pour se plier aux trois contraintes qu’il s’est fixées: ne rien écrire, ne rien filmer ou enregistrer pendant le processus de création, ne pas se documenter. C’est donc dans l’ellipse, le souvenir poreux et hasardeux que réside la matrice du spectacle: explorer l’oralité et la mémoire.

Une fable ethnologico-loufoque

La pièce, créée cet été au Festival des arts vivants de Nyon (far°), démarre avec le récit d’un dénommé René (campé par Joël Maillard). Ce bon Vaudois de Cugy détient une tradition orale qui lui est parvenue par son épouse malade, laquelle lui soufflait un poème pendant la nuit. De là, les comédiens (tous deux irradiant de drôlerie) nous entraînent dans une histoire à dormir debout.

Cette fable ethnologico-loufoque, contée à l’aide d’instruments de musique, nous plonge au cœur d’une communauté d’individus qui, au terme d’une fête, ont décidé de ne pas rentrer chez eux. De péripétie en péripétie, ils mettront tout en œuvre pour que leur poème ne tombe pas dans l’oubli. Au-delà de sa forme ludique, le conte révèle l’un des fondamentaux du théâtre: celui de raconter des histoires.

Créé: 30.09.2019, 16h54

Infos pratiques

Lausanne, Arsenic
Jusqu’au 6 octobre
Rens. 021 625 11 36
www.arsenic.ch

Articles en relation

La brillante «Imposture posthume» d’un homme de 121 ans

Théâtre À l’Arsenic, Joël Maillard excelle dans cette dystopie loufoque révélant les dérives de l’humanité. Critique. Plus...

Le comédien angoissé vit au rythme de la course du soleil

Portrait Loufoque à la scène, Joël Maillard se révèle hanté par une anxiété lancinante. Sa nouvelle création sera à l’affiche de Programme Commun. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.