La Revue de Barnabé fera son grand retour à la fin de l’année

ScèneLe ciel s’éclaircit pour le Théâtre de Servion, secoué l’automne dernier par des déboires pécuniaires. Un nouveau binôme reprendra les rênes de l’institution.

Fondé en 1965 par Jean-Claude Pasche alias Barnabé, le Théâtre de Servion a connu des déboires financiers l’automne dernier.

Fondé en 1965 par Jean-Claude Pasche alias Barnabé, le Théâtre de Servion a connu des déboires financiers l’automne dernier. Image: MARIUS AFFOLTER - A

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Après un automne secoué par des turbulences financières, le printemps se présente sous de meilleurs auspices du côté de chez Barnabé. Un nouveau tandem, formé de Noam Perakis et de Céline Rey, reprendra les rênes du Théâtre de Servion dans les semaines à venir. «Nous sommes en période de passation et la nouvelle équipe sera en place officiellement le 1er avril», confirme Céline Rey. Et d’annoncer que la programmation de la prochaine saison sera dévoilée dans la foulée… avec le grand retour, en décembre, de la fameuse Revue de Servion – remplacée cet hiver par une comédie musicale froufroutée, La cage aux folles.

Si la tempête est derrière, il faudra encore du temps pour redresser durablement la barre. «Nous avons passé l’hiver et nous ne sommes plus en situation de crise, mais les difficultés financières sont toujours présentes», souligne Olivier Renault, membre du conseil de fondation.

«On a pu payer tous les salaires des comédiens et des techniciens qui ont fait un magnifique travail sur La cage aux folles»

Des difficultés que rien ne laissait présager. Rembobinons. Acte I: l’été dernier, émotion. Jean-Claude Pasche, alias Barnabé, remettait les clés de «son» théâtre à une nouvelle direction bicéphale formée par Valérie Bovet et Nancy Juvet. Acte II: à l’automne, stupeur. Trois spectacles n’ayant pas attiré le public escompté, un trou d’environ 120 000 francs s’est creusé dans les finances du vénérable café-théâtre fondé en 1965. Six employés, dont le tandem de direction, sont licenciés. Le théâtre fonctionne avec le strict minimum, tient le coup grâce à l’enthousiasme de bénévoles et réussit finalement à faire monter Zaza et ses froufrous sur scène, de décembre à février dernier.

L’acte III est celui du dénouement, mais sans réel happy end. «On a pu payer tous les salaires des comédiens et des techniciens qui ont fait un magnifique travail sur La cage aux folles», se félicite Olivier Renault. Un succès? Les chiffres n’ont pas encore été décortiqués, mais le bilan s’annonce mi-figue, mi-raisin. «Ce n’est pas la catastrophe comme cela a été le cas des spectacles qui nous ont conduit à la situation de l’automne dernier, mais on n’a pas non plus refusé du monde à l’entrée…»

Comment dès lors pérenniser Barnabé? Parmi les pistes à creuser, une hausse de l’aide de l’État de Vaud. Seulement, pour que soutien supplémentaire il y ait, il faut que les communes environnantes mettent elles aussi la main au porte-monnaie. «Nous avons invité les autorités des villages du district au théâtre, la discussion suit son cours, reprend Olivier Renault. Si cela se concrétise, nous pourront nous tourner vers le Canton pour augmenter notre subvention.»

«Le remettre à flot»

Dans l’intervalle, Noam Perakis et Céline Rey concoctent leur première saison à la tête de ces lieux qu’ils connaissent comme leur poche pour en avoir foulé les planches avec leur troupe de comédie musicale, la Compagnie Broadway. «Cela fait vingt-deux ans que je joue dans ce théâtre, dont je suis tombé amoureux. J’ai envie de m’embarquer sur ce navire pour le remettre à flot, confie le futur capitaine. Nous voulons conserver l’âme de ce lieu, qui est l’unique café-théâtre de Suisse romande d’une telle envergure (ndlr: 500 places)

Une question brûle toutefois les lèvres: pourquoi le conseil de fondation (toujours présidé par Jean-Claude Pasche) n’a-t-il pas à nouveau confié les rênes au duo engagé l’an dernier? Olivier Renault répond sans détour: «Nous avons reçu des propositions de personnes prêtes à venir travailler bénévolement un moment, voire plus si affinités. Nous les avons rencontrées et avons porté notre choix sur Noam Perakis et Céline Rey.» Lesquels avaient vu le contrat de leur compagnie non reconduit par l’ancienne direction. Céline Rey confirme: «Effectivement, elle n’avait pas souhaité réengager la Compagnie Broadway en 2017, préférant créer un spectacle à l’interne.»

La troupe fera-t-elle son retour sur les planches de Barnabé? Suspense. En attendant, la saison actuelle suit son cours. «La première soirée du spectacle de Délit de Cuivre est presque complète, annonce Noam Perakis. Ça nous rassure, on commence à voir le bout du tunnel.» (24 heures)

Créé: 09.03.2018, 06h53

Stages de vacances

L’idée de créer une école des arts de la scène, caressée par l’ancienne direction de Barnabé, ne restera que sur le papier. «Nous préférons nous concentrer sur la programmation et les spectacles en cours», explique Céline Rey. Le nouveau tandem concoctera toutefois des stages destinés aux enfants (dès 10 ans) et aux adultes, environ trois fois par an. Le premier rendez-vous aura lieu du 9 au 13 avril sur le thème de la comédie musicale.
www.barnabe.ch/stages

Articles en relation

A Servion, «La cage aux folles» régale son public

Critique Le Théâtre Barnabé recrée avec succès la comédie musicale tirée de la pièce de Poiret et Serrault. Plus...

Sans le sou, le Théâtre de Servion traverse des remous

Barnabé Caisses vides et licenciements collectifs: l’avenir de l’institution dépend du succès de sa nouvelle comédie musicale «La Cage aux Folles». Plus...

Barnabé fait ses adieux à la scène et la Revue disparaît

Retraite Jean-Claude Pasche prend sa retraite. L'artiste tire sa révérence entourés de jeunes et en chantant Jean Villard-Gilles. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 5

Visite du pape en Suisse, paru le 21 juin.
(Image: Bénédicte) Plus...