Savourer de la danse ou du théâtre depuis son salon

CultureThéâtres, chorégraphes et metteurs en scène se démènent pour garder le lien avec leur public et mettre en ligne les captations de leurs spectacles.

Les représentations de «Déambulations immobiles», créé à Morges par Nicolas Wintsch, Patricia Bosshard et Luc Muller ont été annulées après la première. Un film, mis en ligne, permettra tout bientôt de découvrir ce spectacle sonore et visuel.

Les représentations de «Déambulations immobiles», créé à Morges par Nicolas Wintsch, Patricia Bosshard et Luc Muller ont été annulées après la première. Un film, mis en ligne, permettra tout bientôt de découvrir ce spectacle sonore et visuel. Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Du jour au lendemain, les théâtres ont baissé le rideau. Et une valse d’annulations a repoussé à d’autres calendes l’ouverture de nombreux festivals ou éteint les feux sur des spectacles tout justes dévoilés. Pour de nombreux artistes, pas question de couper les ailes de leurs élans créatifs. Ni de rompre le lien avec le public. Dans l’urgence, des initiatives ont été lancées ou se préparent afin de proposer la mise en ligne de captations théâtrales, voire de plateformes virtuelles de diffusion. Et chaque jour apporte son lot de propositions.

Dimanche, c’est le metteur en scène François Gremaud qui a annoncé que sa succulente «Conférence des choses» - défendue par le comédien Pierre Mifsud déjà plus de 260 fois à travers l’Europe - était désormais gratuitement accessible via le site 2bcompany.ch. En version intégrale (plus de 8 heures) ou en chapitres thématiques. «Cette expérience de théâtre la maison ne sera jamais comparable à un spectacle vécu dans une vraie salle, mais ce spectacle parle à toutes les générations et c’est l’occasion de partager un peu de joie dans cette période morose», confie Michaël Monney, codirecteur de la compagnie lausannoise. Leur «Phèdre», salué au dernier festival d'Avignon est, quant à lui, accessible sur le dite de France Télévision.

Une plateforme de diffusion pour Vidy

Vaisseau amiral de la scène romande, Vidy dégainera dans les jours qui viennent Vidygital, une plateforme de diffusion alimentées de conférences enregistrées, débats filmés et, dès que les questions de droits auront été réglées, d’anciens spectacles. «Faute de temps, nous n’avons pas pu réaliser les captations des trois créations qui arrivaient à notre programme, cette semaine, regrette le directeur Vincent Baudriller, mais il est important que la parole sensible des créateurs puisse continuer à être entendue, et que nous poursuivions notre mission de rassembler artistes et spectateurs.»

Dimanche dans un théâtre morgien des Trois petits tours complètement vide, Nicolas Wintsch, la violoniste Patricia Bosshard et le percussionniste Luc Muller ont quant à eux réussi à filmer leur création sonore et visuelle «Déambulations immobiles». En cours de montage, c’est un véritable petit film qui sera très rapidement mis en ligne sur nicolaswintsch.com. «Cette proposition mettra un peu de baume au cœur des spectateurs qui avaient déjà leurs billets, avance le scénographe multimédia Nicolas Wintsch, et donnera peut-être envie à d’autres de venir découvrir sa version scénique quand on retrouvera le chemin des planches.»

Côté danse, aussi, des pièces peuvent se savourer depuis son salon. Depuis longtemps sur www.nicoleseiler.com, la chorégraphe Nicole Seiler diffuse ses anciennes créations. Et, confie son confrère Philippe Saire, le théâtre Sévelin 36 prépare lui aussi une mise en ligne de petits films (dont sa série «Cartographies» et d’autres pièces courtes).

Créé: 19.03.2020, 07h57

Bouger dans son salon

Les écoles de danse fermées, les chorégraphes cherchent des parades pour contenter leurs élèves.

Dans son salon ou dans sa chambre, le canton pourra continuer à danser. Face à la fermeture des écoles de danse, certains professeurs n’ont pas perdu une minute pour lutter contre le virus. C’est par exemple le cas de l’Academy Igokat à Lausanne, qui propose depuis mardi un cours d’une heure par jour sur Youtube (accessible à tous et en direct) pour exercer les pas de danse classique. D’autres prévoient de diffuser de courtes vidéos didactiques jour après jour sur leurs réseaux sociaux, comme l’école de danse urbaine Neptune à Vevey, ou l’Académie de Danse Flamenca à Renens. «On s’adapte, on joue au caméléon, lance son professeur de flamenco Antonio Perujo. On n’est pas des pros de la vidéo, alors on fait avec les moyens du bord. On ne veut pas laisser mourir l’amour du flamenco.» En plus des «tutos» sur Facebook et Instagram, le chorégraphe prévoit d’envoyer des «cours particuliers en vidéo» à chacun de ses élèves. Tout comme l’école lausannoise Lucky Danse, qui va poursuivre ses cours en vidéo conférence sur Skype. (AC)

Articles en relation

Les humoristes écartés des planches

Coronavirus Privé de scènes, le rire doit se réinventer à distance pour conserver un lien avec le public. Plus...

Streaming, playlists et balades virtuelles à la rescousse des confinés

Coronavirus Faute de pouvoir guincher en ville, autant vivre au mieux son cocooning forcé. Avec les offres en streaming, invitez la culture dans votre salon. Propositions. Plus...

Se faire une toile sur la toile pendant le confinement

Cinéma Les acteurs de l’industrie cherchent des alternatives pour proposer leurs films au public. Plus...

En attendant le retour du live, Internet se donne en spectacles

Musique Timides et artisanales, les initiatives émergent en ligne pour suppléer à l'arrêt brutal de toute performance publique. Plus...

Le classique face à une toile encore blanche

Musique Souvent mal à l’aise avec les outils numériques, les musiciens sont peu nombreux à s’auto-produire en ligne. Coup de sonde sur les pionniers. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.