Passer au contenu principal

ThéâtreAucun amour n'autorise l’inquisition

Avec «Amour/Luxe» à Vidy, Magali Tosato signe une enquête légère et engagée autour des mariages binationaux.

«Amour-Luxe» mélange enquête et témoignages.
«Amour-Luxe» mélange enquête et témoignages.
Loan Nguyen

De Home-made – la première création de Magali Tosato (29 ans) à Vidy en 2015 –, on avait aimé la façon avec laquelle la metteuse en scène entrelaçait différentes voix pour esquisser des réponses à sa quête identitaire autour du conditionnement social. Mais beaucoup moins l’empilement d’idées qui laissaient le spectateur sur le seuil du spectacle. Quittant le terrain de l’introspection pour un résultat plus ouvertement documentaire, la Lausannoise présente actuellement Amour/Luxe. Sans tomber dans les écueils pointés il y a deux ans, elle propose un spectacle engagé. Quoiqu’un peu unilatéral voire angélique, tant le propos n’est explicité que d’un seul point de vue, celui des «victimes» d’un système révoltant.

Au cœur de sa proposition à voir jusqu’au 11 mars? Un travail d’enquête autour des mariages binationaux et des inquisitions administratives qui finissent par légiférer l’amour quand l’union passe pour mariage blanc. En creux, un questionnement pertinent autour de nos politiques migratoires ou de la valeur des sentiments. Avec finesse et sans trop se prendre la tête, le spectacle mélange interviews enregistrées (de spécialistes, juristes, couples, etc.), textes légaux, reconstitutions d’interrogatoires et, surtout, témoignages personnels des quatre jeunes comédiens (la plupart d’origine étrangère).

Avec leurs parcours d’amoureux sincères – qui ont buté contre des normes administratives sous prétexte qu’ils n’avaient pas un passeport européen –, les acteurs témoins ancrent la matière dans sa dimension universelle et ouvrent un jeu de miroirs avec le vécu des spectateurs. Dommage que mardi, soir de première, l’interprétation restait en dessous des standards attendus à Vidy.

Soigné dans sa construction, le sujet est traité avec plein de légèreté dans la forme. Magali Tosato ose, par exemple, une parodie de mariage ou recrée un jeu télévisé quand elle soumet le questionnaire d’un site de rencontre au public. Dynamique et inventive, sa mise en scène réussit à atténuer la lourdeur d’un propos très administratif, avec des passages de texte scandés, en chœur, en staccato… Cumulant de tels effets de styles un peu faciles (quand ils ne sont pas datés ou trop explicatifs), elle plonge toutefois le spectacle dans un tourbillon qui empêche de l’amener vers l’émotion. C’est le reproche principal formulé à une création qui réussit son pari: montrer qu’aucune histoire d’amour ne passerait le crible de la suspicion.

Lausanne, Théâtre de Vidy Je 2 et ve 3 mars (19 h 30), sa 4 (19 h). Rés.: 021 619 45 45 www.vidy.ch

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.