À l’Arsenic, «Séries» célèbre le corps féminin par l’abstraction

CritiqueAudrey Cavelius explore la matière corporelle dans «Séries», triptyque radicalement visuel. Beau et contemplatif.

Le spectacle joue sur l’abstraction du corps.

Le spectacle joue sur l’abstraction du corps. Image: JULIE MASSON

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Il y a Dominique Godderis la sylphide, Audrey Cavelius l’athlétique et Teresa Vittucci la voluptueuse. Trois femmes, trois silhouettes assumées, trois nudités dévoilées par touches. À l’Arsenic, Audrey Cavelius poursuit son exploration des identités dans «Séries», création radicalement visuelle. Contemplative.

Ode au corps féminin dans sa matérialité, ce triptyque titille l’imaginaire du spectateur. Que voit-on dans ce premier tableau hypnotisant, où des formes émergent des buissons disposés sur le plateau? Des pierres? Des flancs de collines? Non, un genou, une hanche, une épaule… La triade révèle la corporalité par l’abstraction. À nous de recomposer l’ensemble, bercés par des sonorités ouatées.

Mais déjà le mouvement laisse place à l’image figée. Une série de photographies sont projetées sur un écran, enveloppées d’un son percussif rappelant les battements du cœur. Le corps déguisé, métamorphosé par les costumes et accessoires, se révèle ludique quand ont lui dessine des yeux sur les seins, esthétique dans la peau d’un Pierrot stylisé, subversif lorsqu’on l’enduit de sang et l’enroule dans la peau d’une vache. La matière-corps se dévoile davantage encore dans le troisième tableau. Les interprètes filment leur peau dans toute leur vérité, sans artifice ni censure. Poils, capitons, vergetures forment alors une étonnante composition abstraite. Audrey Cavelius a ouvert un nouveau champ dans son travail. Aux frontières des arts scéniques, visuels et plastiques. Prometteur. (24 heures)

Créé: 16.05.2018, 15h50

Infos pratiques

Lausanne, Arsenic
Ma 16 mai (19 h 30), je 17 mai (20 h), ve 18, sa 19 (19 h 30)et di 20 (17 h)
Rens. 021 625 11 836
www.arsenic.ch

Articles en relation

Audrey Cavelius, le corps comme territoire à explorer

Scène À l’Arsenic, l’artiste de 35 ans poursuit son périple au cœur de l’identité dans «Séries», création hybride interrogeant la corporalité comme matière. Rencontre sans fard ni complexes. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.