L’art martial de l’Israélien Hofesh Shechter joue de grandiloquence

La Bâtie - Festival de GenèveGrande première à Genève, la venue du chorégraphe avec son «Grand Finale» fait BFM comble lundi et mardi.

L’expressionnisme de «Grand Finale» en dit ou trop ou trop peu.

L’expressionnisme de «Grand Finale» en dit ou trop ou trop peu. Image: RAHI REZVANI

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

«Point de vue cardio, en tout cas, ça y va!» souffle une habituée de la scène chorégraphique genevoise pendant l’entracte. «On peut dire que les danseurs bouffent du tapis!» Vrai, les neuf interprètes multiethniques de «Grand Finale», ainsi que le sextuor errant qui les accompagne live, méritent le repos du guerrier après avoir sué sang et eau sur leur partition d’une heure vingt. Et c’est sans doute en large partie cette dépense énergétique qui a déclenché dans les rangs bondés du BFM, lundi à la première, une ovation en égale proportion. Montrer pareille puissance à l’œuvre, Claude Ratzé – nouveau directeur du festival de La Bâtie qui se déroule jusqu’à dimanche – confie avant le lever de rideau «en rêver depuis longtemps».

Sur le plan esthétique, la création 2017 de la Hofesh Shechter Company, fondée à Londres il y a dix ans – et habituée du Théâtre de l’Octogone, à Pully, où elle reviendra cet automne avec «Show» –, convainc moins uniformément. Ex-membre de la triomphale Batsheva Dance Company, le quadragénaire israélien, qui signe la musique en plus de la mise en branle de la fresque, puise tous azimuts dans la tradition tzigane ou orientale. Dans la technique du contact ou de l’art martial. Dans l’hyperbole du concert pop ou la saturation des rythmes technos. Dans la discipline militaire ou la fraternité collective. Dans les références cinématographiques, ici à «Titanic» (pour l’orchestre de chambre glissant de cour à jardin), ailleurs à «2001: l’odyssée de l’espace» (pour les symboliques monolithes de la scénographie). Ou encore dans le langage schématisé des émoticônes (pour la bouche grande ouverte signalant l’effroi).

Tout fera l’affaire pourvu que l’efficacité – alias l’«émotion» – soit au rendez-vous. Rien n’est trop grandiloquent pour affirmer, avec Hofesh Shechter, que «quelque chose d’énorme, de chaotique est en train de se passer à l’échelle de la planète qui culbute dans une situation incontrôlée». Or, à multiplier les emprunts, son épopée illustrative se perd dans le brouillard de ses propres fumigènes. Avec ses imitations de battements cardiaques, ses positions en garde-à-vous, ses cadavres traînés puis ressuscités, ses cris de guerre et sa pluie de bulles de savon, ce grand spectacle fourre-tout en dit trop ou pas assez.

«Grand finale», Pully, Théâtre de l'Octogone, samedi 24 novembre. Réservations: 021 721 36 20 www.www.theatre-octogone.ch (24 heures)

Créé: 12.09.2018, 14h36

Articles en relation

La Bâtie fait un pas en arrière et deux en avant

Festival La 42e édition, signée Claude Ratzé, renoue et innove à la fois. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Publié le 20 septembre 2018.
(Image: Bénédicte) Plus...