Banquier devenu acteur, Fabian Ferrari rêve de son propre théâtre

ScèneLe comédien lausannois scrute le monde du lobbyisme dans «Europe Connexion». Un texte qui fait écho à sa vie d’avant.

Dans «Europe Connexion», Fabian Ferrari campe un lobbyiste au parlement européen.

Dans «Europe Connexion», Fabian Ferrari campe un lobbyiste au parlement européen. Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

C’est ce qu’on appelle un virage à 180 degrés. Il y a une dizaine d’années, Fabian Ferrari dénouait sa cravate de banquier pour se lancer dans le théâtre. Quittant confort financier et sécurité de l’emploi pour une vie de bohème. Cette semaine, le Lausannois reprend son spectacle Europe Connexion à l’Espace culturel des Terreaux, à Lausanne. Ce texte de l’auteure roumaine Alexandra Badea décrit l’ascension d’un lobbyiste avide de pouvoir et de réussite au Parlement européen. Jusqu’au jour où surgit l’inévitable remise en question: «Qu’est-ce que j’ai fait de ma vie?»

– Le propos de la pièce et le personnage que vous interprétez semblent faire écho à votre vie d’avant?
– Absolument. Même si le métier de banquier et celui de lobbyiste sont différents, ce texte montre la façon dont on est condamné à la réussite dans ce type de milieu. Quand j’ai commencé à travailler dans une banque privée, j’ai cru que c’était fantastique de brasser de l’argent. J’ai gravi les échelons, j’ai accédé à des postes de direction, jusqu’au jour où je me suis dit: «Quel est le sens que je donne à ma vie?»

– C’est à ce moment-là que vous avez décidé de changer de carrière… et de vie?
– Oui, le théâtre s’est imposé à moi. Aujourd’hui, mon passé de banquier est oublié, je ne regarde même plus le cours de la bourse! Mais, en même temps, je pense que mon parcours a une grande influence dans mon envie de défendre des textes avec une forte dimension sociale. Je souhaite questionner notre avenir sur les plans politique, économique, écologique.

– Quels sont vos ambitions, vos rêves?
– Mon rêve est de reprendre ou de créer un théâtre. Pour cela, j’ai commencé une formation en gestion culturelle, j’ai monté ma compagnie et je donne des cours pour adultes. J’ai aussi, surtout, des envies de mise en scène d’auteurs que j’admire, comme Valère Novarina, Joël Pommerat, et pourquoi pas Molière. J’ai cette envie de créer, de transmettre.

Créé: 31.01.2018, 18h28

Infos pratiques

Lausanne, Espace culturel des Terreaux

Jeudi 1er février (19h) et dimanche 4 (17h)

Renseignements: 021 320 00 42

www.terreaux.org

Articles en relation

De la gastronomie, des moules belges et vice versa

Humour Au Casino Théâtre de Rolle, Fabian Ferrari campe un critique gastronomique et défenseur de la moule belge. Plus...

Les Terreaux s’entourent de vedettes et de talents pour rire ou lever des tabous

Un théâtre, une saison Les théâtres vaudois lèvent le voile sur leur prochaine saison. Une programmation à découvrir régulièrement dans «24 heures». Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.