Blessés de guerres sur plusieurs fronts

ThéâtreDans son fief carougeois, Françoise Courvoisier laboure un triple champ de bataille en montant «Le Corps infini» du Vaudois René Zahnd.

Catherine (Alexandra Tiedemann) essuie les tirs croisés d'Alice (Patricia Mollet-Mercier) et de Guy (Olivier Lafrance) depuis son lit d’hôpital dans «Le Corps infini».

Catherine (Alexandra Tiedemann) essuie les tirs croisés d'Alice (Patricia Mollet-Mercier) et de Guy (Olivier Lafrance) depuis son lit d’hôpital dans «Le Corps infini». Image: ANOUK SCHNEIDER

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Dans le prolongement des gradins, un vrai champ de bataille – sauf qu’il a pris l’apparence feutrée d’une chambre d’hôpital. Sur le lit médicalisé, pieds face au public, perfusion au bras, repose la platine Catherine (splendide Alexandra Tiedemann), une journaliste blessée lors de combats entre rebelles et forces armées au Proche-Orient. À son chevet, son blond compagnon Arnaud (Vincent Ozanon) tente pacifiquement de rentrer en contact avec la rescapée. Il sera bientôt rejoint par les brunets Guy (Olivier Lafrance) et Alice (Patricia Mollet-Mercier), un couple d’amis en crise dont le conflit permanent ne connaît aucune trêve. L’extase amoureuse que nul ne semble atteindre «ici», Catherine, elle, l’a entrevue «là-bas», dans les bras d’un Slimane qui la hante.

Les paradoxes qu’a incorporés à son huis clos l’auteur René Zahnd, anciennement journaliste culturel puis directeur adjoint de René Gonzalez à Vidy, en sont de loin la meilleure part. Situer le théâtre des hostilités au cœur d’une maison de soins helvétique et le décor d’une idylle romantique sur le terrain des opérations militaires exige un certain cran. Atténué hélas par l’indigence des dialogues...

«Est-ce que l’humanité ne pourrait pas arrêter de se déchirer?» Pareilles répliques avaient peu de chance d’inspirer à Françoise Courvoisier une mise en scène enlevée. Sincère et passionnée, celle-ci n’a guère d’alternative que de diriger pléonastiquement ses acteurs, et d’opter pour une esthétique de téléfilm. La principale victime à déplorer? L’audace potentielle de la pièce.

Créé: 03.12.2019, 17h41

«Le Corps infini»

Les Amis musiquethéâtre,
jusqu’au 15 décembre,
022 342 28 74,

www.lesamismusiquetheatre.ch

Articles en relation

Deux vieux amis donnent vie à «La Moureuse»

Théâtre René Zahnd a écrit un texte inspiré de la fin de vie de la mère du metteur en scène Gianni Schneider. À voir dès mardi au Vide-Poche. Plus...

«Benno Besson était un sacré bonhomme»

Théâtre René Zahnd consacre un essai richement documenté au metteur en scène vaudois, tandis que sa pièce «Anacoluthe!» tient l’affiche du Petit Théâtre. Plus...

L’Opéra se régénère à l’aune de son passé

Lyrique Eric Vigié a présenté la saison 2019-2020 de l’Opéra de Lausanne, surfant sur les commémorations et l’histoire vaudoise. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.