Une comédie musicale militante et décapante à Vidy

ScènePaillettes, chansons et ballet sur fond de crises et d’écologie. Dès mardi, le théâtre de Vidy propose «Sound of Music». Critique.

«Sound of Music» s’amuse avec les codes du «musical».

«Sound of Music» s’amuse avec les codes du «musical». Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Sound of music, c’est l’anti-Mélodie du bonheur. C’est le Hair du XXIe siècle. Moins rock, moins hippie. Sans les tubes, aussi, mais avec autant d’urgence. En 2015, l’esprit n’est plus à la contestation des sixties mais aux dénonciations des excès. Car Yan Duyvendak le martèle: l’univers court à sa perte.

Pour tirer la sonnette d’alarme et dénoncer l’immobilisme ambiant, le performer qui vit entre Genève et Marseille a choisi de jouer la carte de la provocation. Entouré du chorégraphe Olivier Dubois, de l’arrangeur Andrea Cerra et, côté livret, de Christophe Fiat, il détourne les codes de la comédie musicale, poussant à l’extrême la culture du divertissement qui anesthésie une jeunesse insouciante, au sourire exagéré.

Il n’y a ni héros, ni histoire. Le metteur en scène s’est inspiré de la comédie musicale américaine des 1930, quand les numéros s’enchaînaient dans un style «revue». Sur scène? Douze (excellents) professionnels du musical, un corps de ballet d’une vingtaine de danseurs, des mélodies sucrées et entêtantes, des tableaux époustouflants de précision.

A Broadway, on s’y croirait presque. Mais, très rapidement, des mots viennent claquer à la face du spectateur. Projetés, chantés – voire déclamés quand Yan Duyvendak lui-même vient sonner la fin de la récréation –, ils dénoncent les problématiques contemporaines: surpopulation, dérèglement climatique, consommation, individualisme,…

Créé cet été au Festival de la Bâtie, Sound of music impressionne par sa maîtrise technique. Mais fait aussi partie de ces spectacles qui énervent autant qu’ils fascinent. L’accumulation de dénonciations anxiogènes affaiblit le propos. N’empêche que le choc avec les paillettes engendre malaise et plaisir coupable. Pari réussi, c’était le but.

Créé: 25.10.2015, 12h36

Articles en relation

La comédie musicale dans tous ses états fleurit en terres vaudoises

Scène Genre mineur pour certains, vraie passion pour d’autres, le Musical a le vent en poupe dans le canton et essaime sur de nombreuses scènes. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.