Passer au contenu principal

ScèneAu CPO, Carlos Henriquez raconte avec humour sa vie de segundo

L’ex-Peutch malaxe ses racines hispanico-alémaniques dans un solo tendre et joyeux.

Dans «Segundos», Carlos Henriquez rend hommage à son père espagnol et à sa mère suisse allemande.
Dans «Segundos», Carlos Henriquez rend hommage à son père espagnol et à sa mère suisse allemande.
DR

Une enfance bercée par les sons du flamenco et du yodel. Des souvenirs de paysages, des îles Canaries à l’Entlebuch. À l’aube de ses 50 ans, Carlos Henriquez s’amuse à malaxer ses origines hispanico-alémaniques dans «Segundos», mis en scène par Jean-Luc Barbezat. Ce solo farci d’humour, créé à Bienne, la ville qui l’a vu grandir, fait escale vendredi et dimanche au CPO, à Lausanne.

«Avec Jean-Luc Barbezat, on s’est rendu compte que la notion de segundo était plus universelle qu’on ne le pensait, souligne le comédien. Elle concerne aussi les Suisses qui ont grandi avec des copains étrangers.» Sur scène, l’ex-Peutch raconte avec humour et tendresse ses aventures de gamin tiraillé entre le chorizo et le cervelas. Mais aussi ces moments où il ne s’est pas senti tout à fait comme ses camarades de classe. «Mon rapport à l’Espagne est assez lointain car j’ai grandi en Romandie. Mais j’ai tout de même une attache différente que mes amis. Eux y partent en vacances, moi j’y ai de la famille.»

Hommage à ses parents

À travers ce seul en scène dont il signe le texte, Carlos Henriquez souhaitait aussi rendre hommage à ses parents. Il raconte: «Ma mère a quitté la Suisse pour apprendre des langues. En ce sens elle a été pionnière à une époque où la femme n’était pas mise en valeur. Quant à mon père, il est venu ici pour monter son entreprise. Ils ont vécu une aventure formidable en tant que couple mixte.»

Carlos Leal, ex-chanteur du groupe de hip-hop Sens Unik, signe la musique du spectacle. «Il vient lui aussi d’Espagne et il a le même prénom et le même âge que moi, sourit Carlos Henriquez. Mais son regard se porte plus sur les difficultés qu’ont eues ses parents à s’intégrer en Suisse.»

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.