Cuche et Barbezat dans les pas de François Silvant

Mme Pahud est de retour. Avec la complicité du metteur en scène Philippe Cohen, le duo neuchâtelois crée à l’Echandole le spectacle que l’humoriste n’a pas eu le temps de jouer.

Sous la houlette de Philippe Cohen (au milieu), Cuche et Barbezat vont revisiter les personnages imaginés par François Silvant, l'humoriste décédé il y a 10 ans.

Sous la houlette de Philippe Cohen (au milieu), Cuche et Barbezat vont revisiter les personnages imaginés par François Silvant, l'humoriste décédé il y a 10 ans. Image: Vanessa Cardoso

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

François Silvant nous quittait il y a dix ans, le 14 juin 2007. Alors que le gala anniversaire – dans lequel de nombreux comédiens reprennent les sketches de l’humoriste longtemps préféré des Romands – sera à l’affiche du Théâtre de Beausobre en octobre, un autre spectacle s’apprête à faire revivre Mme Pahud et la galerie de personnages qui ont fait fondre de rire le public durant des décennies. A Yverdon-les-Bains avant un passage par Montreux en 2018, Cuche et Barbezat vont créer, mardi, le spectacle que le Vaudois préparait lorsque la maladie l’a emporté. Un texte totalement inédit et remis sur les rails par Philippe Cohen, le complice de François Silvant qui, durant quinze ans, l’a mis en scène.

«Quand François est décédé, on devait commencer nos premières répétitions. La vie en a décidé autrement, confie le Genevois. Ressortir ce projet aujourd’hui est une façon d’honorer sa mémoire tout en offrant un cadeau à ses fans. C’est l’occasion, aussi, de faire connaître à la nouvelle génération de spectateurs le talent de ce très grand artiste. Car on oublie souvent que derrière le comique se cachait un vrai auteur.» Un auteur qui aimait lancer ses nouveaux spectacles du côté de l’Echandole, où la fine équipe répète justement depuis trois semaines Ainsi sont-ils. Avec une «pression monstre», avouent Cuche et Barbezat.

Pour le tandem neuchâtelois, pas question de «faire du François Silvant». «La référence est énorme et on ne cherche surtout pas à l’imiter. Nous avons trop de respect pour ce qu’il a créé. Il s’agit, pour nous, de nous approprier ses personnages en les réinterprétant à notre manière.» Le défi est, d’ailleurs, double. Sur scène, les deux comiques jouent habituellement les naïfs. Là, ils devront incarner et enchaîner des caractères différents.

Après l’enterrement de Mme Pahud

Le pitch d’Ainsi sont-ils? C’est Philippe Cohen qui le résume. «Après ce spectacle, François souhaitait pouvoir passer à autre chose. Il s’était donc amusé à envoyer au paradis son héroïne la plus célèbre, mais cette disparition bouleverse l’équilibre de son entourage. L’histoire se passe donc après l’enterrement de Mme Pahud, lorsque tout le monde se retrouve au bistrot.» Et puisque l’humoriste était tombé malade alors qu’il planchait sur le projet, il s’était lui-même intégré au spectacle. «Du texte original, on a gardé les 80% et, au final, une vingtaine de caractères originaux seront revisités, poursuit Philippe Cohen. Face au public, les vrais Cuche et Barbezat s’amusent ouvertement à rejouer du François Silvant, avec humour et dérision, car c’est la meilleure façon de lui rendre hommage.» De cette situation de départ naîtra une confrontation entre des univers comiques différents. Avec, pour corser la partie, le fantôme de l’auteur qui n’est jamais très loin. Et pourrait à tout moment surgir pour remettre à leur place les deux comédiens qui osent se glisser dans ses textes.

Estime

De l’humour, de la dérision, de l’émotion, aussi. «Pendant vingt ans, nous avons fait notre carrière derrière François, observe Benjamin Cuche. Il nous coachait amicalement, nous conseillait volontiers.» Son compère Jean-Luc Barbezat d’ajouter: «Entre bons protestants, notre amitié n’était jamais dans l’effusion, mais l’estime était réelle. Et on lui doit beaucoup: c’est en découvrant son premier spectacle que nous avons eu envie de monter sur les planches. Jeunes, on avait filé au Festival d’Avignon pour le rencontrer. Il nous avait ouvert grande sa porte. Avec humilité, on espère maintenant honorer sa générosité.»


«Ainsi sont-ils» Yverdon, Echandole, du 19 au 24 sept. Rés.: 024 423 65 84 ou www.echandole.ch Montreux, TMR, du 6 au 11 fév. Rés.: 021 961 11 31 www.theatre-tmr.ch «Gala François Silvant» Morges, Th. de Beausobre, ma 3 oct (20 h). Rés.: 021 804 97 16 ou www.beausobre.ch www.silvant.ch (24 heures)

Créé: 12.09.2017, 19h32

TBK reçoit le Prix François Silvant 2017

TBK, comme Tiphanie Bovay-Klameth. La comédienne lausannoise, qui a lancé, l’an dernier, sa compagnie estampillée de ses propres initiales, reçoit le Prix François-Silvant 2017, doté de 4000 francs et assorti d’une sculpture inspirée par la main de l’artiste. A 33 ans, elle succède à Marina Rollman. Cette récompense décernée tous les deux ans par les proches de l’humoriste honore «un jeune auteur et interprète de ses propres textes». Le jury – Stéphanie Furrer, Geoffrey Dyson, Jean-Luc Barbezat, Yves Kuhne et Philippe Cohen – distingue la Lausannoise pour son premier solo, D’autres, qui assoit définitivement la comédienne au rang des bêtes de scène. Il salue aussi le parcours de cette proche de François Gremaud, avec qui elle a fondé le collectif Gremaud/Gurtner/Bovay. Improvisatrice, TBK a défendu, l’an dernier, les couleurs de la Suisse au sein de l’équipe nationale. Tout juste diplômée de la Haute Ecole romande de théâtre La Manufacture en 2008, elle tapait dans l’œil de Macha Makeiëff et Jérôme Deschamps, qui lui ont offert un rôle dans le spectacle Salle de fêtes. Tiphanie Bovay-Klameth présentera D’autres à Vevey, au Théâtre de la Grenette, du 5 au 9 novembre 2017, à l’Usine à Gaz de Nyon (16 nov.), à l’Arsenic (6-12 déc.) et au Casino de Rolle (25-26 mai).

Articles en relation

Ils font revivre toutes les tronches de François Silvant

Scène Que reste-t-il du parrain de l’humour romand? Un hommage, au minimum, joué par neuf de ses pairs. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 4

Le géant de l'or noir basé à Genève se fournit auprès d'une entreprise dont les droits de forage ont été obtenus par un homme, aujourd'hui sous enquête pour corruption.
(Image: Bénédicte) Plus...