Cuche et Barbezat passent l’actu vaudoise en «Revue»

Humour Au Casino de Montreux, dix humoristes passent au crible l’année écoulée dans la «Revue vaudoise» mitonnée par le duo neuchâtelois. Jusqu’au 29 décembre.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Quelle mouche a donc piqué Cuche et Barbezat lorsqu’ils se sont mis en tête de créer leur «Revue vaudoise»? Dans l’esprit du public, les deux humoristes sont d’indécrottables Neuchâtelois! Et pourtant, les deux joyeux lurons ont posé leurs valises en terres vaudoises il y a une vingtaine d’années. Cette ambiguïté fait le sel de leur fantasque inventaire de l’année écoulée. Goupillée avec la complicité de huit comparses, «La Revue vaudoise de Cuche et Barbezat» astique la Fête des Vignerons, la grève du climat ou le Comptoir Helvétique jusqu’au 29 décembre au Casino de Montreux.

En guise de fil rouge, Jean-Luc Barbezat et Benjamin Cuche reprennent les personnages fétiches de leurs légendaires «Revues» du Locle et de Neuchâtel: Jean-Henri, Neuchâtelois du bas en blazer ringard rouge (Cuche), et Pierre-Étienne, habitant du haut en veste d’hiver et bonnet à rabats (Barbezat). «On a déjà fait l’expérience à Saxon, et cela fonctionnait très bien d’amener ces personnages dans un autre canton, relève Jean-Luc Barbezat. Ça nous permet d’aborder les sujets avec plus de distance.» À leurs côtés, Marc Donnet-Monay, Jacques Mooser, Mirko Rochat et Nathalie Devantay, mais aussi Les Peutch (Carlos Henriquez, Christophe Bugnon et Noël Antonini), reformés pour l’occasion, et une guest star (Yann Lambiel, Karim Slama ou Pierric Tenthorey, en alternance).

Concurrence avec Lausanne?

Pourquoi Montreux? L’ambiance du Casino Barrière n’est pas franchement à la gaillardise. «Ce choix est lié à ma casquette de membre de la direction du Montreux Comedy, souligne Jean-Luc Barbezat. Je cherchais une solution pour que les Montreusiens s’identifient un peu plus à ce festival, qui est très international. J’ai réfléchi à pas mal de trucs, puis j’ai eu l’idée d’une revue. Et mon but est de la pérenniser.» De son côté, le Casino y perçoit l’occasion d’attirer un public peu friand de machines à sous et de relancer des activités culturelles entre ses murs. «Cet établissement a longtemps été un lieu culturel avant d’être repris par Barrière. D’ailleurs, le Parti libéral montreusien y présentait ses revues», rappelle l’humoriste.

Lancée en grande pompe jeudi soir devant un public hilare, la «Revue vaudoise» fera-t-elle de l’ombre à sa cousine lausannoise (dès le 15 novembre à l’Espace des Terreaux)? «L’année dernière, quand j’ai appris qu’une revue se préparait à Lausanne, je me suis dit «Merde!», rigole-t-il. Je suis allé la voir et j’ai adoré.» Pour lui, les deux shows ont les mêms chances d’attirer le public. «Aujourd’hui, l’humour est partout, notamment sur le web. Mais je pense que le public a besoin de ce style de spectacles, qui mettent l’accent sur les gens d’ici, sur l’humour de proximité.»

Créé: 27.10.2019, 22h28

Critique

ls en ont bu, des godets, Jean-Henri (Benjamin Cuche) et Pierre-Étienne (Jean-Luc Barbezat), à la soirée neuchâteloise de la Fête des Vignerons. D’ailleurs, ils ont tellement aimé qu’ils n’en sont jamais repartis. Enfin, ils ont aimé le spectacle, pas le vin. La police se serait même servie de la cuvée spéciale comme alcootest: si le conducteur contrôlé le trouvait bon, c’était retrait de permis direct! Les blagues fusent dès les premières minutes de cette «Revue vaudoise». Le pitch? Les Neuchâtelois Jean-Henri et Pierre-Étienne sont restés à Vevey après la FeVi et, de fil en aiguille, ont monté une revue dans leur canton d’accueil.

Certains sketchs sont savoureux, passant l’actu à la moulinette avec verve et mordant. Les déboires de la Municipalité de Vevey se transforment ainsi en jeu des chaises musicales puis en Cluedo et en Monopoly, Nathalie Devantay régale en vendeuse de nougats au bout du rouleau au Comptoir Helvétique, et les dix ans de La Télé débouchent sur une émission spéciale soporifique consacrée au festival de la coutellerie de Vallorbe et la Fête de l’oignon à Vuiteboeuf. Piquant! Mention spéciale à Benjamin Cuche, hilarant en Laurent Wehrli (syndic de Montreux) transformé en toupie géante bouffant à tous les râteliers lors de ses séances du conseil de fondation X ou de commission Y. Les Peutch, eux, revisitent l’année écoulée et commentent la «Revue» depuis leur loge VIP («Very Important Peutch»). Clin d’œil au «Muppet Show», leurs interventions truffées de jeux de mots forment de petites bulles de légèreté, voire de poésie.

L’ensemble souffre toutefois d’une certaine paresse en termes d’écriture. Les sketchs qui mettent en scène une famille (Nathalie Devantay dans le rôle de la mère, Jacques Mooser dans celui de son père, Marc Donnet-Monay dans le costume du mari et Mirko Rochat dans les baskets du fils) sont plutôt faibles. Les histoires (grèves du climat et des femmes, antivaccins, ouverture du Tibits à Lausanne) sont rabâchées et les blagues ne décollent pas. En fin de spectacle, Cuche et Barbezat offrent au public leur cadeau de Noël: la guest star de la soirée. Ce jeudi soir, un Yann Lambiel pas très à son affaire a dégainé sa guitare et enchaîné des chansons plus ou moins convaincantes.

Souffrant de longueurs et de défauts d’écriture, le spectacle est amené à évoluer au fil des représentations. Espérons-le car, comme le soulignent Jean-Henri et Pierre-Étienne en reparlant de la Fête des Vignerons:
«À la «Revue», on n’a pas les moyens de faire un déficit.»




Montreux, Casino Barrière
Jusqu’au 29 décembre
www.revuevaudoise.ch

Articles en relation

Rire à la Fête des Vignerons, c’est bon pour la santé

Fête des Vignerons Avec les dessins de Burki et «La p’tite Fêvi» de Benjamin Cuche, l’humour a aussi son mot à dire cette année à Vevey . Plus...

Cuche et Barbezat font leur cirque à Crans-Montana

Scène Jusqu’à la fin août, le duo comique joue les trublions dans "Cirque au Sommet" le spectacle créé et dévoilé mardi par les Québécois de Machine de Cirque. Plus...

Cuche et Barbezat dans les pas de François Silvant

Mme Pahud est de retour. Avec la complicité du metteur en scène Philippe Cohen, le duo neuchâtelois crée à l’Echandole le spectacle que l’humoriste n’a pas eu le temps de jouer. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.