Les détonations du rire ponctuent les souffrances de ce jeune Werther

ThéâtrePas sûr que Goethe cautionnerait «Werther!», adaptation de son œuvre romantique et bijou qu’il faut courir aller voir à Vidy. Critique.

Le comédien Philippe Hochmair a de la détente et tient en haleine avec sa version d'un Werther très contemporain.?

Le comédien Philippe Hochmair a de la détente et tient en haleine avec sa version d'un Werther très contemporain.? Image: KRAFFT ANGERER/LDD

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Encore un grand texte que le théâtre contemporain va se complaire à malmener, diront les mauvaises langues. Adaptation du célébrissime Les souffrances du jeune Werther, le Werther! de Nicolas Stenmann ne laisse en effet pas intact le roman épistolaire de Goethe.

Profitant du caractère discontinu de l’œuvre originale, le metteur en scène allemand navigue à grande allure dans l’agenda du héros romantique par excellence. Seul sur scène, l’excellent Philippe Hochmair se coule avec aisance dans ce personnage qui passe de la fausse décontraction du cow-boy Marlboro aux affres du mal d’amour, affliction presque anachronique à l’heure du développement personnel et de la sexologie appliquée.

Jouant avec virtuosité d’un dispositif minimal – une table, quelques accessoires, un écran et une caméra – Werther! rapproche pourtant des temporalités inconciliables, le XVIIIe et le XXIe. Par glissements successifs, ce Werther empli de suffisance innocente et de sérénité fallacieuse perd de son assurance et découvre la torture d’une passion impossible.

Au passage, c’est le portrait d’une génération actuelle joyeusement je-m’en-foutiste, entre égocentrisme et désinvolture, qui est passée au crible d’un humour d’autant plus dévastateur que Philippe Hochmair sait se rendre éminemment sympathique. Le Perfect Day de Lou Reed ne dure qu’un instant et le temps de hurler des salades vient trop vite. Le retour du refoulé d’une époque qui, à force de promouvoir le pragmatisme, en devient désemparée face à ses failles et ses entraves. Il paraît que ça fait mal… Très drôle.

Créé: 25.11.2015, 18h07

La pièce

Lausanne, Théâtre de Vidy
Jusqu’à dimanche
Rens.: 021 619 45 45
www.vidy.ch

Articles en relation

A Vidy, Roméo Castellucci délivre une histoire de merde et de compassion

Théâtre La pièce polémique du fameux metteur en scène italien, «Sul concetto di volto nel figlio di Dio», se joue jusqu’à dimanche. Critique Plus...

Une comédie musicale militante et décapante à Vidy

Scène Paillettes, chansons et ballet sur fond de crises et d’écologie. Dès mardi, le théâtre de Vidy propose «Sound of Music». Critique. Plus...

Rencontre avec Denis Podalydès à Vidy

Théâtre L’acteur joue en ce moment dans «Répétition», pièce féroce de Pascal Rambert. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.