L’étrange rituel vaudou d’Augustin Rebetez

ThéâtreL’univers du Jurassien se déploie dans sa nouvelle création à Vidy et dans la pièce de son cousin, Camille Rebetez, à voir au Petit Théâtre.

Niklas Blomberg explore des identités multiples dans «Voodoo Sandwich».

Niklas Blomberg explore des identités multiples dans «Voodoo Sandwich». Image: AUGUSTIN REBETEZ

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Peuplé de créatures fantasmagoriques, hanté de silhouettes cauchemardesques façonnées dans des matériaux bruts, l’univers inquiétant d’Augustin Rebetez déborde paradoxalement de forces vitales et positives. «Pour moi, il y a une grande différence entre la volonté de faire des choses sombres en essayant d’attirer le public dans les limbes et, au contraire, de travailler cette obscurité avec l’envie de dynamiser, d’énergiser les gens.» Après «Rentrer au volcan» (2015) et «L’âge des ronces» (2017), le Jurassien de 33 ans revient au Théâtre de Vidy, la semaine prochaine, avec un «Voodoo Sandwich» mitonné pour les ados (dès 12 ans) et les adultes.

AUGUSTIN REBETEZ "Voodoo Sandwich" // TRAILER from Théâtre Vidy-Lausanne on Vimeo.

Seul en scène, le performeur finlandais Niklas Blomberg (protéiforme car à la fois pianiste classique, musicien expérimental et contorsionniste!) endosse des identités multiples et mouvantes dans un cabaret de l’étrange, un rite sauvage et saugrenu nourri de pulsions archaïques. Mais ce rituel est avant tout folâtre, vivant, vivifiant. «L’idée c’est de rigoler sur scène et de faire rire les gens, reprend le plasticien touche-à-tout. Niklas Blomberg et moi, on travaille ensemble régulièrement, on est comme deux enfants qui s’entendent bien et qui veulent jouer.»

Insecte, fou ou diva

Complices de longue date, les deux compères unissent leurs univers fantasques dans cette même perspective ludique et communicative. «Niklas adore expérimenter toutes sortes de choses avec son corps. Il trimbale des «tricks» qu’on exploite dans le spectacle, dévoile le Jurassien. Il peut à la fois faire l’insecte, le mec rigolo, le fou ou la diva. Et je pense que ça fait du bien de voir quelqu’un vivre ces états par lesquels nous passons tous: énervé, hypercâlin, sombre, déprimé, hyperheureux...»

Explorer des identités fluides, tricoter et détricoter les genres, stimuler l’imaginaire et la créativité en s’affranchissant des vieux schémas et des atavismes: un thème tout trouvé pour parler aux ados? Augustin Rebetez répond sans détour: «Faire du théâtre pour les adultes ou pour les ados, ça ne change pas grand-chose. La question est de savoir comment inviter des adolescents qui ne sont pas forcément habitués à cet univers un peu bizarre.» Leur esthétique foisonnante et explosive devrait parler sans encombre à ces jeunes spectateurs habitués au flot incessant d’images, au zapping, aux rythmes saccadés. «Ce qu’on fait sur scène, c’est un peu le pendant des vidéos YouTube, où tout va très vite. Ce n’est pas un spectacle contemplatif! Nous, on met tout ce qu’on a dans un mixeur, ça secoue, ça gicle et ça amène une énergie positive!»

Un cintre dans la bouche

Que verra-t-on surgir de ce mixeur? «Un sandwich avec de la mayo et du voodoo au milieu... même si on ne sait pas vraiment ce qu’est ce voodoo», répond-il malicieusement. Mais encore? Il lève un coin du voile: «On essaie de faire quelque chose de stupide, brutal, un peu foireux mais drôle, en même temps étrange et fascinant.» Plus qu’un objet scénique, un manifeste. «C’est ma réponse à ce monde stérile, avec ses bâtiments blancs à angles droits, ses toilettes désinfectées. Avec Niklas, on crée de petites bulles en opposition à la normalité.»

Augustin Rebetez a beau décrire ses créations comme des «narrations énergétiques», son univers n’en demeure pas moins obscur, gothique, angoissant et tourmenté. «Il est sombre parce que le monde l’est aussi, souffle-t-il. On a tous la mort en bout de course.» Mais bien que la grande faucheuse rôde dans ses œuvres et que la nuit embaume ses créations plastiques, scéniques ou visuelles, il utilise le rire, le jeu, la poésie pour leur faire la nique. «Si un gars se met un cintre dans la bouche et qu’on voit bien ses dents, on se dit: «Ben oui, on est tous un p*** de squelette entouré de peau.»

Créé: 20.01.2020, 20h07

Infos pratiques

Lausanne, Théâtre de Vidy
Du 29 janvier au 8 février.
Dès 12 ans

Renseignements: 021 619 45 45
www.vidy.ch

Un monstre humaniste pour apprendre à rêver

L’univers fantasmagorique d’Augustin Rebetez a inspiré à son cousin, l’écrivain Camille Rebetez, un conte initiatique destiné au jeune public (dès 7 ans). Du 29 janvier au 16 février, la pièce «L’enfant et le monstre», mise en scène par Guillaumarc Froidevaux, emmènera les spectateurs du Petit Théâtre, à Lausanne, dans les rêves d’une fillette où sévit une créature effrayante quoique pas très futée.



«J’avais envie de faire le lien entre l’univers assez cauchemardesque d’Augustin et le monde des enfants, explique l’auteur jurassien de 42ans. Son esthétique transparaît dans telle patine du décor, dans les costumes et les accessoires.» L’histoire? Confrontée à cette créature nocturne, la petite sera d’abord effrayée, avant d’apprivoiser ce drôle de compagnon. «Au départ, il vient lui faire faire des cauchemars. Il doit remplir sa mission auprès de l’enfant: lui apprendre à rêver mieux afin de l’équiper pour affronter le monde réel.» Un monstre humaniste et finalement bienveillant.

Créé l’automne dernier, ce spectacle d’un peu moins d’une heure se décline en tableaux déroulant les songes de la fillette. «Après chaque rêve, l’enfant se réveille. Nous changeons de langage scénique pour faire passer les journées. Un musicien (ndlr: Julien Mégroz) assume ces parties, décrit Camille Rebetez. Et, bien sûr, plus l’histoire avance, plus les choses s’entremêlent.»

La fable donnera-t-elle la frousse aux jeunes spectateurs? «Il y a des moments impressionnants, mais ça ne dure jamais longtemps. Et, surtout, le monstre est un peu bête.»




Lausanne, Petit Théâtre
Du 29 janvier au 16 février
Dès 7 ans

Renseignements: 021 323 62 13
www.lepetittheatre.ch

Articles en relation

À L’Échandole, un monstre apprend aux enfants à rêver

Jeune public Dans «L’enfant et le monstre», le Jurassien Camille Rebetez a imaginé une fable inspirée de l’univers cauchemardesque de son cousin, Augustin Rebetez. Plus...

«L’Âge des ronces» d'Augustin Rebetez tire à vue et pique du verbe

Critique A Vidy, le nouveau spectacle du plasticien se gonfle d’images et de sons, mais trébuche sur le texte. Plus...

Le sorcier de l'art Augustin Rebetez hante encore une fois le Théâtre de Vidy

Théâtre Le plasticien venu au théâtre est de retour avec «L’Âge des ronces», nouvelle variation scénique autour de son univers visuel. Rencontre. Plus...

Augustin Rebetez orchestre la vie dans «une ode aux fantômes»

Exposition Fidèle à sa galerie lausannoise, le Jurassien revient pour sa troisième exposition mais dans une nouvelle profondeur. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.