Passer au contenu principal

CritiqueLa fiction comme sport de combat

A Vidy, Dieudonné Niangouna casse la brique du cinéma en deux.

Le Kung-Fu mis en scène et joué par Dieudonné Niangouna.
Le Kung-Fu mis en scène et joué par Dieudonné Niangouna.
Christophe RAYNAUD DE LAGE

Il y a du «fight» en ce moment à La Passerelle de Vidy, où se joue Le Kung-Fu de Dieudonné Niangouna. La frappe verbale est rapide, elle relève de l’urgence. Mais il y a aussi de l’amour et pas seulement parce que l’on y trouve, parmi d’autres, une séquence rebricolée de In the mood for love, de Wong Kar-wai.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.