Passer au contenu principal

HumourLes inconnus de Découvrire finissent souvent en haut de l'affiche

Le rendez-vous qui s'ouvre jeudi mise sur une relève qui confirme vite son talent.

Simon Romang, talent local qui commence à faire parler de lui, est à l'affiche du Festival Découvrire.
Simon Romang, talent local qui commence à faire parler de lui, est à l'affiche du Festival Découvrire.
DR

On imagine volontiers une grosse machine pour un festival d’humour, avec des limousines et des loges VIP pour les stars du rire. À Saint-Prex, Francine Rochat multiplie les rôles telle une bonne fée qui réalise tous les souhaits. À la veille de la 11e édition du festival DécouvrRire, à la salle du Vieux-Moulin du 27 au 29 septembre, elle est un peu l’Arturo Brachetti de l’organisation, enfilant le costume de programmatrice, de colleuse d’affiches ou de chargée d’accueil des artistes. «J’essaie juste de me garder du temps pour assister aux spectacles et tout de même savoir ce qui s’est passé dans «ma» salle provisoire».

Visage désormais bien connu des salles régionales, elle s’est mis en tête d’offrir une scène aux talents dans une région où Beausobre ratisse large dans un autre registre, celui de «l’après», quand le succès se pointe déjà au rendez-vous.

Francine Rochat, qui n’est pas du genre à surjouer, égraine tout de même avec fierté des noms comme Gaspar Proust, Laura Laune, Marina Rollman, Jeanfi Janssens (qui a depuis intégré les Grosses Têtes de RTL) ou encore Vincent Dedienne, retenu à Beausobre cette saison. «Le drame, confie-t-elle en souriant, c’est qu’entre le moment où je les programme et le jour du festival, mes humoristes percent! Ils se font souvent connaître avant d’arriver à Saint-Prex.

C’est le cas cette année de Simon Romang (ndlr: qui se produira samedi), que j’ai vu dans une toute petite salle avec quelques spectateurs il y a plus d’un an et qui est demandé un peu partout aujourd’hui.» La preuve que cette passionnée de théâtre et d’humour a le nez, mais aussi le sens du contact.

«Le gros du travail se fait au Festival d’Avignon, où il y a beaucoup de pépites qui ne demandent qu’à être découvertes. Depuis le temps, j’ai tissé un joli lien avec d’autres organisateurs en France et en Belgique, je suis membre de plusieurs jurys, etc. Nous parlons beaucoup entre nous.»

Selon la formule, quatre artistes se succèdent chaque soir, suisses ou francophones. Quel serait son coup de cœur? «Je pense au tout jeune Bruno qui fait partie du «trio suisse». Il correspond bien à mon envie de mettre en avant les humoristes suisses romands. Mais sincèrement, je tiens à dire que tous les artistes sont de très grande qualité cette année.»

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.