Laetitia Dosch tente une expérience contre nature et prend le mors aux dents

CritiqueDans «Hate», la comédienne se cherche face au cheval. Une prise de risque très humaine.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

La confrontation entre l’homme et l’animal révèle la femme. Dorothée Thébert Filliger L’un des spectacles les plus attendus et les plus risqués de la saison à Vidy. Lors de la première de «Hate», mardi, le spectateur qui montait silencieusement dans les gradins du Pavillon (pour ne pas effrayer Corazón, le cheval) pouvait croiser une Laetitia Dosch tendue par l’enjeu, frémissant dans l’attente de sa première délivrance en public. Une fois descendue dans le carré de terre où elle rejoignait son partenaire à quatre jambes, sa première prise de parole s’étranglait d’ailleurs dans sa gorge.

On n’a pourtant rarement été aussi heureux de découvrir un spectacle lors de sa représentation initiale. Car «Hate» relève de la performance. Ses défauts n’en sont pas, ils témoignent au contraire de ce saut dans le vide d’un jeu avec l’animal où les incertitudes génèrent cette fascination que suscite une chute toujours possible.

En actrice mais aussi en metteur en scène, Laetitia Dosch a choisi la mise à nu. Littérale, mais aussi discursive. Elle s’adresse au cheval, lui raconte sa vie, l’interpelle et finit par prendre à sa charge les reparties de son «interlocuteur» en usant d’une voix plus grave. L’exercice, périlleux, est mené avec brio. Pourtant, l’éventuel dialogue entre l’homme et la bête – sur le motif de l’amour impossible – s’avère plus complexe que prévu. La mise en œuvre du spectacle exige une interaction, car certains passages obligés – placements, cabrioles – doivent être menés à bien.

Mais c’est pourtant à un brillant soliloque que l’on assiste. La volonté de «surmonter les différences» est un pari rhétorique, un défi «contre nature» dont la comédienne ne cherche même pas à cacher l’impossibilité et l’exhibe même à plusieurs reprises. Le cheval impose sa présence massive, sa relative imprévisibilité, mais il ne dit rien. C’est la femme qui mène son bal devant ce mur massif d’animalité, altérité inatteignable qui ne sert au final qu’à faire rebondir le flux de ses angoisses, de ses agacements, de ses colères et de ses mélancolies parfois chantées.

L’illusion des échanges verbaux ne rend que plus poignant l’impassibilité réelle de Corazón, exécutant avide de morceaux de carottes mais peu sensible à l’agitation d’une femme qui se bat contre ses démons et lutte à armes inégales contre son impuissance face à l’indifférence du monde. (24 heures)

Créé: 06.06.2018, 21h25

Articles en relation

Animaux en scène, une relation à tisser

Théâtre Dans «Hate», Laeticia Dosch conte le lien de l’homme à l’animal. L’occasion de questionner leur rôle sur les planches. Plus...

Laetitia Dosch va aux Césars veillée par sa fée

Evénement Protégée de Sandrine Kiberlain, sa marraine officielle, l’actrice franco-suisse pourrait être couronnée ce soir. Plus...

Laetitia Dosch va mettre le feu

De La Manufacture à Lausanne au Festival de Cannes, la Franco-Suisse n’arrête pas de «faire le bazar». Ça va durer. Plus...

Sur les traces de Zouc, Laetitia Dosch imagine son «alboum»

Théâtre La comédienne franco-suisse, découverte dans «La Bataille de Solférino», dévoile, dès jeudi à l’Arsenic, son «seule en scène». Plus...

Le cheval dans tous ses états

Spectacle La nouvelle création de Zingaro, «Ex Anima», arrive en juin à Avenches. Plongée dans un rituel magnifiant la liberté animale. Plus...

Le spectacle

Lausanne, Théâtre de Vidy
Jusqu’au sa 9 juin
Rens.: 021 619 45 45
www.vidy.ch

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Publié le 21 septembre 2018.
(Image: Valott) Plus...