Passer au contenu principal

CritiqueLe Macbeth de Béguin n’assassine hélas pas le sommeil

A Vidy, le metteur en scène romand se demande «Où en est la nuit?» après Shakespeare et se perd un peu dans les ombres malgré un génie plastique.

«Où en est la nuit?» se joue sur les degrés du délire parano.
«Où en est la nuit?» se joue sur les degrés du délire parano.
DR

Macbeth le régicide entend des voix: «Le sommeil est mort», «Macbeth assassine le sommeil». S’emparant du classique shakespearien, Guillaume Béguin ne chasse, lui, pas toujours la somnolence de l’esprit du public. Mercredi à Vidy, la première d’Où en est la nuit?, spectacle d’après le grand Will, commençait par se chloroformer à la pénombre, d’abord avec un prologue assez obscur enraciné dans la parricide mythologie grecque, puis une virée dans le noir de Macbeth, général du roi d’Ecosse – qu’il ne va pas tarder à tuer dans son lit.

A chaque fois, les trouvailles visuelles s’avèrent saisissantes: jeu de projections live, apparitions flottantes. La scénographie exploite à merveille un grand escalier où se jouent les degrés de l’horreur, de l’irréalité. Cette maîtrise plastique permet à Guillaume Béguin de faire rejaillir l’intériorité de Macbeth le délirant. Mais la séquence entourant le meurtre, trop longue, ajoute de la confusion à celle déjà thématisée et s’enlise dans une atmosphère fantasmagorique, morbide mais indistincte.

Si la démarche a un sens, elle se perd dans la durée. C’est d’autant plus dommage que la dernière partie du spectacle, rythmée par d’autres inventions visuelles et les lumières de l’altérité – incarnée par les personnages s’opposant au meurtrier devenu roi à son tour – permettent enfin de saisir, dans une logique de contrastes, le sens d’une nuit qui ne se dissipe pas toujours au profit de la pure raison. En costard ou dans le fracas électrique de la guitare, le bruit et la fureur se répètent.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.