Passer au contenu principal

CritiqueMarielle Pinsard fait «cacaboum» sur la finance

Avec «Rock trading», le trader devient un guignol. Une pièce trop potache, à Vidy.

L’anthropologie du trader selon Pinsard tient du défilé d’hurluberlus infantiles.
L’anthropologie du trader selon Pinsard tient du défilé d’hurluberlus infantiles.
Samuel Rubio

Vous croyez arriver à Wall Street et vous finissez devant la Danse des canards… Le Rock trading de la dramaturge Marielle Pinsard, présenté mardi au Théâtre de Vidy, promettait de plonger dans les pratiques opaques d’une finance désormais manœuvrée par des ordinateurs surpuissants prenant des décisions de vente et d’achat à la milliseconde. Ces aspects high tech sont évoqués, des chiffres sont articulés, tout comme les noms de ces nouveaux algorithmes – Shark, Blast, Dagger –, rejetons numériques auxquels fait référence le sous-titre de la pièce: C’est la faute aux enfants.

Ces allusions ne composent pourtant qu’une part infime de la nouvelle création de la Lausannoise qui choisit plutôt une perspective anthropologique pour dresser le portrait du trader. La piste paraît déjà problématique, cet officiant du capitalisme avancé n’étant qu’une pièce d’un système bien plus vaste et qu’il ne saurait résumer à lui seul. Mais soit, partons sur cette piste marxiste ou rousseauiste pour explorer les manifestations contemporaines d’attitudes supposées archaïques chez les soldats de la finance.

Sauf que l’analyse, ou plutôt l’expression, entre un vomissement et des pets musicaux, tourne vite court. Marielle Pinsard diffracte la figure du trader en une multiplicité de bouffons qui gesticulent tous dans un grand bain régressif, infantile. Cette audace dans l’excès de blagues très lourdes réjouit une ou deux fois, en écho peut-être à l’intrépidité «boursière», mais, après deux heures de «cacaboum» potache, on ne sait plus à quelle finance se vouer.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.