Passer au contenu principal

HumourLe Montreux Comedy rameute les talents suisses

Samedi, le festival organise un concours pour départager les jeunes pousses. Le gagnant montera le lendemain sur la scène du Stravinski.

Edem fait partie des huit candidats retenus après sélection. Samedi, ils auront cinq minutes pour convaincre le jury.
Edem fait partie des huit candidats retenus après sélection. Samedi, ils auront cinq minutes pour convaincre le jury.
DR

Un concours pour se produire devant mille six cents spectateurs, c’est la nouveauté proposée à des humoristes émergents lors de la 29e édition du Montreux Comedy, qui a débuté mercredi. Au départ, un appel à candidature a été lancé pendant dix jours. Sur soixante demandes reçues, seuls huit acteurs sélectionnés (six places réservées aux Suisses et deux aux Français) seront en lice ce samedi pour remporter le précieux sésame: participer à la troisième représentation du Gala Crème, le lendemain à 16 h, sur la scène de l’Auditorium Stravinski.

«Mon premier Montreux» offre ainsi aux découvertes suisses une occasion rare, selon Jean-Luc Barbezat, conseiller artistique et membre du comité de direction. «Si le festival a su révéler des humoristes comme Thomas Wiesel ou Nathanaël Rochat, les places restent très restreintes pour la relève. Ces dernières années, le festival s’est principalement concentré sur les grands galas du Stravinski, coproduits par des chaînes françaises, ce qui a créé des frustrations.»

En partenariat avec la Loterie Romande et la SACEM, l’événement gratuit pourra ainsi servir de tremplin pour des humoristes déjà populaires sur le sol helvétique, comme Jessie Kobel, Nadim Boutemine, ou encore Edem. Le but étant qu’ils élargissent leur réseau et que le gagnant fasse ses premiers pas dans la cour des grands.

Faire rire est une gageure. D’autant plus lorsqu’il faut convaincre sans être connu du public. «Je me souviens d’un spectacle de Muriel Robin à Paris il y a dix ans. Il lui a suffi de cligner de l’œil pour que la salle éclate de rire, révèle Jean-Luc Barbezat. Si l’humoriste n’est chargé d’aucune histoire, c’est plus compliqué.»

Sous la férule de l’humoriste Oldelaf, un véritable défi sera ainsi proposé aux jeunes talents, qui ne disposeront que de cinq minutes pour convaincre le public et un jury composé de six membres, dont Jean-Luc Barbezat. Pour garder le rythme dans un laps de temps si court, le conseiller artistique et comédien révèle une astuce: ne jamais attendre la fin des rires avant d’enchaîner sur la blague suivante, afin d’éviter l’impression de lenteur.

----------

Montreux, Montreux Web Studio

Sa 1er déc. (18 h 30). Entrée librewww.montreuxcomedy.com

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.