A Nyon, le far° cultive l’art du renversement

ScèneJusqu’à samedi, les artistes invités au 34e Festival des arts vivants bousculent les conventions et arpentent de nouveaux territoires.

Dans «Conversations déplacées», quatre interprètes et une plante dialoguent autour de la Nature, de la biodiversité et de la pollution.

Dans «Conversations déplacées», quatre interprètes et une plante dialoguent autour de la Nature, de la biodiversité et de la pollution. Image: ROLF ARNOLD

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Renverser. Le leitmotiv de la 34e édition du far°, qui se déploie jusqu’à samedi à Nyon, pourrait s’appliquer à l’essence même du Festival des arts vivants. Détricoter les codes, détourner les perspectives, dévoyer le langage… D’année en année, le programme déroute par sa ligne résolument contemporaine, inscrite dans un dessein d’expérimentation. De plongeon dans l’inconnu, aussi. Les artistes s’y jettent à corps perdu, avec plus ou moins d’habileté.

Ainsi le cadre de la représentation est-il souvent craquelé. Pièce de théâtre, de danse? Installation, performance? Les genres s’entrelacent ou s’effacent pour mieux s’émanciper des carcans. Des exemples? La Romande Adina Secretan, artiste associée du far°, et le collectif chilien Mil M2 ont investi la cour des Marchandises pour interroger la notion d’indépendance. On se rend sur place et on attend les consignes. Un peu décontenancé. C’est où? Il faut faire quoi? se demande-t-on. Niveau indépendance, on repassera… La réflexion, déjà, se met en place. Les artistes nous demandent alors de compléter la phrase «Je me rends à…». Les uns se font philosophes, les autres se fendent de jeux de mots. Nos contributions sont ensuite hissées sur un drapeau dressé sur un monticule de terre. Création multiple, «Hoy por Hoy», conçue sur le mode de l’archive in vivo, déroule ses propositions comme autant de pistes interprétatives. Intrigant.

Le far° est aussi friand de spectacles qui emmènent le public en balade. La chorégraphe Nicole Seiler a recréé son très beau «Palimpsest», déambulation sonore à parcourir quand bon nous semble via une application smartphone (notre édition du 3 août) ; le collectif brésilien Opavivará! a transbahuté son bric-à-brac garni d’objets du quotidien transformés, conviant les badauds à interagir dans un climat de convivialité, ultime rempart à l’individualisme. On signalera encore l’étonnante création de Gaetano Cunsolo qui, jusqu’à samedi, construit chaque soir une structure hybride, interrogeant les potentialités du geste architectural.

Philosophie sur scène

Dans cette perspective exploratrice, le far° connaît aussi ses ratés. La performeuse grecque Lenio Kaklea déçoit avec «A Hand’s Turn», proposition minimaliste laissant un goût d’ina­chevé. Son second spectacle à l’affiche s’annonce plus alléchant. Le solo chorégraphique «Portraits choisis» est brodé autour des pratiques solitaires qui nous définissent (vendredi et samedi).

Le corps, toujours, avec Eszter Salamon, qui présente le nouveau volet de sa série «Monument» (hors les murs, à l’ADC de Genève). La pièce «The Valeska Gert Monument» s’articule autour des performances de Valeska Gert, artiste allemande des années 20 (ce jeudi).

Plus cérébraux, Augustin Casalia et Ivana Müller convient la philosophie sur scène. Dans «Rhizotomos», Augustin Casalia, Argentin installé à Lausanne, explore pour la première fois le mécanisme scénique pour convoquer les figures emblématiques de la philosophie occidentale (jeudi). Inspirées des contes philosophiques, genre littéraire très en vogue au XVIIIe siècle, les «Conversations déplacées» imaginées par Ivana Müller nous mettront en présence de quatre interprètes et… d’une plante (jeudi). En guise de conclusion, le spectacle de Strasse & Lotte van den Berg promet d’ébranler. «The End» (jusqu’à samedi) ausculte des situations de fin dans la vie quotidienne. Dans la ville, les spectateurs doivent orienter leur regard selon un protocole. Un renversement des points de vue.

La création de Gaetano Cuneolo, «I Get Lost in a Courtyard... and I Start to Built» ©far° Nyon, Arya Dil

Créé: 23.08.2018, 10h18

Infos pratiques

Festival des arts vivants (far°)
Nyon, cour des Marchandises
Jusqu’au sa 25 août
Rens. 022 365 15 50
www.festival-far.ch

Articles en relation

Le far° met Nyon sens dessus dessous

Festival des arts vivants Jusqu’au samedi 25 août, la 34e édition du festival des arts vivants obéit à un seul mot d’ordre: renverser! Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.