Une performance numérique qui donne le vertige!

ThéâtreAu Grütli puis à Vidy, Simon Senn prend possession d’un corps qui n’est pas le sien sur le web: mode d’emploi et conclusions.

L’artiste (Simon Senn, au devant), son double (Arielle F., 
à g.), et leur hermaphrodite alliage virtuel (à dr.).

L’artiste (Simon Senn, au devant), son double (Arielle F., à g.), et leur hermaphrodite alliage virtuel (à dr.). Image: MATHILDA OLMI

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Hormis un bric-à-brac technologique – ordinateurs, écrans, projecteurs, caméras, capteurs… –, il n’y a que lui de vrai sur le plateau: ce frêle séraphin aux airs de fillette, un chouïa nerveux d’avoir à détailler en public l’extraordinaire aventure dont il n’est que partiellement le héros. Lui au milieu, et des pixels autour.

Simon Senn – c’est son nom –, artiste trentenaire formé à la HEAD puis au Goldsmith’s College de Londres, s’est payé une femme. Esclave? Prostituée? Poupée? Il n’aura déboursé qu’une poignée de dollars pour faire l’acquisition sur 3dscanstore.com d’un avatar digital nu, calqué sur le corps d’une Anglaise en chair et en os. Cette défroque de synthèse – au pore, au poil, au grain de beauté et à l’aréole près identique à l’original –, il peut s’y introduire grâce à un kit de réalité virtuelle qu’il a expressément bidouillé. Senn peut faire sienne une image, se mouvoir dans la peau d’un clone. Il éprouve un choc émotionnel majeur à cette transsubstantiation, un véritable coup de foudre. Il lui faut coûte que coûte faire connaissance du modèle, franchir la frontière du numérique à l’organique.

Trinité symbolique

Le geek finit par toucher son fantasme, grâce à l’aide d’internautes sur les réseaux sociaux. Il rencontre la demoiselle, la filme; elle n’est pas tout à fait à la hauteur de ses espérances, mais il dialogue régulièrement avec elle via Face Time, y compris depuis les scènes où il performe «Be Arielle F.» en son honneur. Un hybride complète encore la trinité représentée: croisement entre lui et elle, corps femelle, identité mâle, une créature immatérielle prend vie, qu’on contemple dans un tournis.

Le fameux «je est un autre» d’Arthur Rimbaud fait désormais figure de lapalissade. Nos cyber-inconscients en appellent dorénavant à une psychanalyse inédite. À la fois narrateur et démiurge, Simon Senn n’esquive pas les questions existentielles, juridiques et psychanalytiques découlant de son expérience. Il fait même entrevoir à l’assistance que tous ses repères devront à leur tour subir une transmutation.


Genève, Théâtre du Grütli
Jusqu’au 19 jan.
www.grutli.ch

Lausanne, Théâtre de Vidy
Du 1er au 5 avr.
www.vidy.ch

Créé: 15.01.2020, 20h42

Articles en relation

Les corps hybrides des Urbaines

Festival La manifestation lausannoise dévolue à la création émergente croise toujours les pistes et les genres. Aperçus avant ouverture. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.