Passer au contenu principal

ThéâtreLa «Phèdre!» lausannoise triomphe au festival d’Avignon

Spectateurs et critiques ont encensé la pièce de François Gremaud, interprétée par l’excellent Romain Daroles, dans une 73e édition en demi-teinte.

Romain Daroles clame son amour du texte de Racine.
Romain Daroles clame son amour du texte de Racine.
CHRISTOPHE RAYNAUD DE LAGE

«On n’a pas encore atterri… ni vraiment réalisé ce qui s’est passé!» Au bout du fil, le Lausannois François Gremaud exulte. Il y a de quoi: sa «Phèdre!» ode hilarante à la tragédie racinienne, a formé une bulle d’euphorie dans un 73e Festival d’Avignon marqué par une série de déceptions (lire encadré). Adoubée dans le IN sous l’égide de la 4e Sélection suisse en Avignon, cette conférence menée par l’espiègle Romain Daroles a été applaudie, encensée, adulée par les spectateurs comme par les critiques. Ainsi lit-on dans «Libération»: «Quel charme, quelle intrigue, quels bons mots et moments…» «Le Monde» abonde: «Tout est possible: on rit à Avignon, d’un formidable rire qui tombe en cascade. Et l’on rit avec «Phèdre!» Et cetera.

Scié par tant d’éloges, le Lausannois rapporte: «On se disait, en rigolant: «maintenant qu’on a eu «Le Monde», il ne manque plus que le «New York Times» à notre tableau!» Il suffisait de demander. Voilà que le quotidien américain classe la pièce dans les deux spectacles forts du festival: «Phèdre!» de François Grémaud (sic), une relecture comique de la pièce du même nom de Racine, a été interprétée avec hilarité par Romain Daroles, un professeur trop enthousiaste qui a le goût des mauvais jeux de mots, mais qui n’a pas besoin de plus qu’une table et un livre.»

«Ce succès me réjouit d’autant plus que c’est un projet simple, né modestement»

Comme le pointe le journal new-yorkais, ce triomphe est d’autant plus éclatant que cette «Phèdre!» lausannoise évolue dans un dispositif sobre. Une exception dans un festival dont l’histoire est peuplée de spectacles-fleuves et de productions grandioses dans la cour d’honneur du palais des Papes. «Ce succès me réjouit d’autant plus que c’est un projet simple, né modestement. Au départ, il a été créé pour les écoles, avant de monter sur les planches de Vidy», rappelle le fondateur de la 2b Company. Seul en scène, l’excellent Romain Daroles, jeune comédien formé à la Manufacture, à Lausanne, se mue en prof féru des vers raciniens, distillant boutades et propos mythologiques, maniant le rire pour mieux décrypter les célèbres alexandrins. Sa prestation a fait mouche: «Libération» le qualifie de «phénomène».

Autant dire que cette «Phèdre!» n’a pas fini de faire parler d’elle. À la sortie de la Collection Lambert, où la pièce s’est jouée à guichets fermés jusqu’à dimanche, les programmateurs se bousculaient aux portillons. «Nous avons des perspectives de tournées dans des îlots de francophonie un peu partout dans le monde, au Canada, aux États-Unis, en Martinique, à Haïti», se réjouit François Gremaud, auréolé de l’un des Prix suisses du théâtre 2019. Mais avant d’arpenter des territoires extra-européens, la pièce fera halte au Reflet, à Vevey, en décembre, et en Suisse romande.

Non contents de conquérir le IN, les Romands ont gagné des lettres de noblesse dans le festival OFF (qui s’achève ce dimanche). Omar Porras, directeur du TKM à Renens, «Arlequin infatigable» selon «Le Figaro», a envoûté avec «Ma Colombine», délicieux monologue écrit par Fabrice Melquiot, directeur d’Am Stram Gram, à Genève. Ce dernier a séduit avec son magnifique «Hercule à la plage», dans une mise en scène tout en finesse de Mariama Sylla. Quant à Dorian Rossel, il fait coup double avec «L’oiseau migrateur» (dans la Sélection suisse) et «Laterna Magica», «deux spectacles […] tous deux humbles, légers et réussis, leur économie de moyens faisant un délicieux effet», résume, conquis, «Télérama».

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.