Passer au contenu principal

Théâtre«Cette pièce révèle le courage de vivre»

Gianni Schneider monte «Mère Courage et ses enfants», fable cruelle sur la guerre de Trente Ans composée par Brecht à l’aube du second conflit mondial. A voir mercredi et jeudi au Jorat.

Onze comédiens incarnent les personnages de la célèbre pièce de Bertolt Brecht, créée par Gianni Schneider.
Onze comédiens incarnent les personnages de la célèbre pièce de Bertolt Brecht, créée par Gianni Schneider.
MIKE WOLF

Entre les pièces classiques (au sens large du terme) et les textes contemporains, son cœur balance. Gianni Schneider jongle de l’un à l’autre avec la rigueur d’un métronome. Après avoir monté «Stück Plastik» du très en vue Marius von Mayenburg en 2016, le Lausannois s’empare d’un monument du théâtre du siècle dernier. «Mère Courage et ses enfants» débarquent mercredi et jeudi au Théâtre du Jorat, à Mézières, avant de trimbaler leur carriole à la salle Paderewski, à Lausanne, du 22 au 26 mai.

Composée par un Bertolt Brecht en exil à la fin des années 1930, cette fable cruelle entre en résonance avec l’imminence de la Seconde Guerre mondiale. Trois cents ans auparavant, un autre conflit mettait l’Europe à feu et à sang: la guerre de Trente Ans (1618-1648) sert de toile de fond à ce chef-d’œuvre qui n’a pas perdu une bribe de son actualité ni de son acuité. Servi par une brochette de onze comédiens (lire en encadré), Gianni Schneider déroule des fils intemporels qu’il tisse avec notre monde actuel, ses interrogations et ses fêlures. Interview.

– Vous retrouvez Brecht, dont vous avez déjà monté plusieurs textes. En quoi vous inspire-t-il?

– J’ai toujours été attiré par les auteurs anglo-saxons, qu’ils soient Anglais, Allemands ou Autrichiens. Ce que j’aime chez eux, c’est l’immédiateté de la langue. Leur écriture va directement au but, sans fioritures. Pourquoi Brecht? Parce que sa langue est âpre, concrète, directe. Mais aussi parce qu’il est, à mon avis, le modèle par excellence de l’écrivain qui s’est engagé à la fois poétiquement et politiquement.

– Pourquoi «Mère Courage et ses enfants»?

– D’abord parce que cette pièce révèle le courage de vivre, de s’engager, de se battre, de réagir. Cette Mère Courage, qui fait du commerce au milieu des champs de bataille et qui perd ses enfants, est un personnage incroyable! Ensuite, je ne monte que des pièces qui parlent de la famille, avec toute la complexité que cela comporte: ses joies, ses tensions, les peines et toutes les contradictions que représente le fait d’être une famille. Ma mère était Italienne et issue de la classe ouvrière, mon père Allemand de la classe bourgeoise. J’ai acquis une instabilité chronique entre la pulsion et la raison! Je m’intéresse à la famille car c’est la clé pour entrer dans la vie active. On a tous besoin d’un modèle quand on est enfant. C’est essentiel. Ça, c’est mon côté italien!

– Pour vous, que véhicule ce texte, qui parle de la guerre de Trente Ans?

– Il y a chez Brecht un questionnement sur ce qu’une œuvre peut susciter auprès du public. Il éveille les consciences. Dans mes spectacles, je ne donne aucune leçon. J’essaie de réveiller des choses chez les spectateurs, mais rien qu’ils ne connaissent déjà mais qui sommeille peut-être en eux. Une qualité d’écoute, un regard, l’idée qu’on vit avec les gens et pas parmi les gens. Je n’invente rien. Ce qui est intéressant, c’est de piquer la curiosité du public et de lui faire éprouver des sentiments. J’aime l’humain, le théâtre humain.

– Comment abordez-vous la théorie brechtienne de la distanciation?

– Je l’intègre complètement, par le geste. Dans tous mes spectacles, j’essaie de partir du mouvement, de la gestuelle. D’ailleurs je m’inspire aussi de Meyer­hold et de sa Biomécanique. Qu’est-ce qu’un acteur raconte quand il entre sur scène, physiquement? Je travaille beaucoup en partant du muet car je suis partisan de l’idée qu’un comédien est d’abord un corps, et ensuite une voix.

– Après deux soirs au Jorat, vous jouez à la salle Paderewski, comme vous l’aviez fait pour «En attendant Godot». Pourquoi?

– Un spectacle de cette envergure, il faut pouvoir le faire tourner. Comme Vidy ne me programme plus, je loue la salle Paderewski, qui offre un grand plateau. Je peux me le permettre financièrement, moyennant quelques sacrifices. Mais je ne suis pas grincheux par rapport à ça, je ne veux pas susciter la polémique.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.