Programme Commun fait le grand écart

ScèneEntre texte et expériences immersives, la 6e moisson du festival lausannois ratisse large. Avant-goût.

Stefan Kaegi imagine une «Société en chantier».

Stefan Kaegi imagine une «Société en chantier». Image: BENNO TOBLER

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

D’un côté, des textes forts, denses, percutants. De l’autre, des performances hybrides, troublantes ou immersives. Ondoyant d’un genre à l’autre avec la souplesse d’un saltimbanque, Programme Commun fait le grand écart, brassant 19 propositions entre théâtre, danse, performances, installations et musique. Du 25 mars au 5 avril, le rendez-vous lausannois des arts de la scène tiendra sa 6e édition dans les murs du Théâtre de Vidy, de l’Arsenic et de Sévelin, avec trois quarts de créations (dont sept verront le jour durant le festival). Signalons aussi que la parité hommes-femmes est atteinte. Pari tenu!

Qui a dit que les artistes estampillés «contemporains» boudaient le texte pour submerger le plateau d’effets sonores ou visuels? Trois propositions démontrent le contraire. Émilie Charriot s’empare de l’impertinent «Outrage au public» du récemment nobélisé Peter Handke, Nicolas Stemmann porte à la scène l’excellent roman «Meursault contre-enquête» de Kamel Daoud, et le trio formé par Marion Duval, Camille Mermet et Aurélien Patouillard promet une version «au plus près du texte» d’un chef-d’œuvre de Thomas Bernhard, «Après la retraite».

D’autres artistes, brouillant les codes de la représentation, s’amusent à secouer, voire à malmener, le spectateur, quitte à l’extirper de son fauteuil. Parangon du théâtre immersif, Stefan Kaegi emmènera le public en vadrouille dans sa «Société en chantier», tandis que Julie Monot l’invitera à déambuler entre ses «Démons sans qualité», installation performative peuplée de spectres. Marco Berrettini, lui, reprend «No Paraderan», œuvre brûlante et subversive qualifiée de «mauvaise blague» par «Le Monde» lors de sa création au Festival d’automne il y a quinze ans. Et que nous mitonnent les espiègles François Gremaud et Victor Lenoble dans leur «Pièce sans acteur(s)»? Suspense.

Le festival promet aussi de belles prestations chorégraphiques, en douceur avec «Seeking Unicorn», de Chiara Bersani, ou en version trash avec «TANZ», de Florentina Holzinger.


Lausanne, divers lieux Du 25 mars au 5 avril www.programme-commun.ch

Créé: 09.02.2020, 18h58

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.