Le robot et son double

ThéâtreÀ Vidy, un androïde livre une conférence sur le lien Homme-machine. Déroutant.

Sur scène, le double androïde de l’écrivain Thomas Melle, conçu spécialement pour le spectacle, donne une conférence sur l’instabilité.

Sur scène, le double androïde de l’écrivain Thomas Melle, conçu spécialement pour le spectacle, donne une conférence sur l’instabilité. Image: GABRIELA NEEB

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Déconcertant, ce sentiment d’étrangeté au moment d’applaudir. Face à nous, public du Théâtre de Vidy, l’interprète qui vient de livrer une heure de spectacle n’a pas la faculté de ressentir notre approbation. Même s’il ressemble (presque à s’y méprendre) à l’auteur allemand Thomas Melle, c’est bien un robot que nous applaudissons.

C’est dire si l’expérience imaginée par le metteur en scène Stefan Kaegi, habitué des dispositifs immersifs, entraîne le spectateur bien au-delà d’une simple réflexion sur le rapport (souvent anxiogène) de l’homme à la machine. Car cette «Vallée de l’étrange», à voir jusqu’au 10 octobre, dissèque l’androïde sous toutes ses coutures: scientifique, psychologique et philosophique. Et nous place face à nous-mêmes. «Le sujet de cette conférence, ce n’est pas moi, c’est vous», prévient le robot-acteur.

«Je suis de plus en plus troublé par les humanoïdes et je voulais en mettre un sur le plateau»

Vous avez perdu le fil? Reprenons depuis le début. «Je suis de plus en plus troublé par les humanoïdes et je voulais en mettre un sur le plateau», confie Stefan Kaegi. Avec l’appui de spécialistes allemands, le Suisse a conçu ce double androïde de Thomas Melle. L’écrivain signe le texte du spectacle, dont le titre fait écho à la théorie du roboticien japonais Masahiro Mori selon laquelle plus un robot ressemble à un être humain, plus nous considérons ses imperfections comme monstrueuses.

Le dispositif scénique est simple. Assis sur sa chaise, le cyborg Melle donne une conférence sur l’instabilité à travers deux biographies, celle d’Alan Turing (et son fameux test consistant à mesurer la capacité d’une intelligence artificielle à penser comme un humain), et la sienne, ou plutôt celle de Thomas Melle, qui souffre d’un trouble bipolaire.

Dédoublements

Le propos, dense, déroule des fils thématiques multiples mais dont l’axe commun est celui du dédoublement. À l’image du malade bipolaire tiraillé entre ses deux pôles (maniaque et dépressif), le rapport de l’homme à l’androïde oscille entre le caractère émotionnel et aléatoire de l’un et le fonctionnement rationnel et algorithmique de l’autre. Mais la frontière est poreuse et les questionnements philosophiques affluent. «Si je pouvais fonctionner grâce à la technologie, est-ce que je perdrais mon humanité?»

Le dédoublement, c’est aussi le fondement du théâtre. Celui de l’acteur qui se glisse dans la peau d’un personnage. Et nous, public, comment nous comporter face à cet acteur qui n’en est pas vraiment un? Au final, le cyborg Melle nous laisse face à une question: «Pourquoi êtes-vous venus ici? Pour vous identifier à moi?» On ressort de la salle groggy.

Créé: 27.09.2019, 21h00

Alan Turing réhabilité sur scène


(Photo: Fabienne Rappeneau)

Le destin à la fois rocambolesque et tragique d’Alan Turing (1912-1954) valait bien une pièce de théâtre.

Le mathématicien anglais, pionnier de l’informatique et de l’intelligence artificielle, a joué un rôle majeur au sein des services secrets britanniques durant la Seconde Guerre mondiale: sa cryptanalyse de la fameuse machine Enigma utilisée par les armées allemandes a permis d’écourter la durée du conflit. Une prouesse vite éludée par son homosexualité, considérée à l’époque comme un délit. Marginalisé et condamné, il s’est suicidé à l’âge de 41 ans.

Née de la plume de Benoît Solès, «La machine de Turing» rend justice à ce personnage hors du commun, gracié par Élisabeth II en 2013. La pièce, mise en scène par Tristan Petitgirard, commence dans un commissariat de Manchester. À la suite du cambriolage de son domicile, le Pr Turing vient déposer plainte. Mais l’affaire tournera vite à l’interrogatoire…

Nommée quatre fois aux Molières 2019, «La machine de Turing» fera escale au Reflet, à Vevey (12 nov.),
au TBB, à Yverdon (13-14 nov.) et à Beausobre, à Morges (19 nov.).

Infos pratiques

Théâtre de Vidy
Lausanne
Jusqu’au 10 octobre
Renseignements: 021/619.45.45

www.vidy.ch

Articles en relation

Quartet de trombones dans les rues de Cuba

Théâtre A Vidy, Stefan Kaegi donne la parole à quatre jeunes Cubains dans «Granma. Les trombones de La Havane». Critique. Plus...

Du Congo à Lausanne, immersion dans la vie du fret

Théâtre À Vidy, Stefan Kaegi embarque les spectateurs à bord d’un camion de marchandises. Entretien. Plus...

La plus haute distinction théâtrale pour celui qui fouille le réel

L’Anneau Hans Reinhart a été décerné, jeudi soir, au metteur en scène soleurois Stefan Kaegi, du collectif Rimini Protokoll. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.