Sandra Gaudin réveille le fantôme de Koltès

ThéâtreAvec «Sallinger», la Cie Un air de rien s’attaque avec audace à l’un des auteurs les plus percutants. A voir dès mardi à Yverdon.

La compagnie Un air de rien dévoile mardi à Yverdon sa mise en scène de la pièce <i>Sallinger</i>, de Barnard-Marie Koltès.

La compagnie Un air de rien dévoile mardi à Yverdon sa mise en scène de la pièce Sallinger, de Barnard-Marie Koltès. Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Que les puristes du révolté Bernard-Marie Koltès (1948-1989) en soient avertis: c’est une version «funambulesque et lyrique», voire même rock and roll, de sa première pièce, Sallinger, que la Compagnie Un Air de Rien – en résidence au Théâtre Benno Besson où elle a créé l’an passé Farniente – s’apprête à dévoiler au public. Levé de rideau mardi à Yverdon, avant Dorigny et Vevey.

«Ce texte est sublimement écrit, observe la metteuse en scène Sandra Gaudin. Il est sensuel, animal, incisif. Sa puissance m’a impressionné et monter cette pièce était un besoin personnel. Elle est surtout d’une troublante actualité.» Comme souvent avec les œuvres de jeunesse, Koltès a mis dans ce texte écrit en 1977 les thématiques qui lui sont chères. On y voit son désenchantement, le regard cynique qu’il porte sur les relations, sur la solitude. «Alors que son œuvre est toujours abordée de manière dramatique, j’ai souhaité tirer sa gravité vers plus de drôlerie. Lui-même espérait d’ailleurs que l’on traite un jour son travail avec humour.»

Pour Sallinger – avec deux l –, le dramaturge français contemporain le plus joué au monde s’est librement inspiré de l’univers de l’auteur américain J.D. Salinger – avec un l. Y ajoutant ses propres leitmotivs. Errance de la jeunesse qui peine à s’identifier face aux anciens repères, bestialité et absurdité humaine, fatalité de la guerre et cercle vicieux de la violence. La pièce – souvent très onirique voire «lynchienne» – est le tableau d’une famille américaine qui se démembre: à New York, en 1964, un jeune homme, le Rouquin, grand frère génial, vient de se suicider, laissant ses proches dans le désarroi. Son spectre vient les hanter. La folie les guette. Ils cherchent un sens à la vie.

Sur scène, le public retrouvera les piliers de la compagnie, Hélène Cattin et Christian Scheidt, qui donneront entre autres la réplique à Anne-Catherine Savoy et Diane Muller. Avec une guest star, et pas des moindres: Jeanne Moreau côté voix off.


Création et tournée
Yverdon, Th. Benno Besson, du 1er au 6 mars (rés.: 024 423 65 84); Lausanne, Grange de Dorigny, du 10 au 12; Vevey, Th. Le Reflet, 21 avr. www.airderien.com (24 heures)

Créé: 26.02.2016, 11h13

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Paru le 13 décembre.
(Image: Bénédicte) Plus...