Passer au contenu principal

ThéâtreSoufflez ce texte qui m’échappe!

Dans «Sopro», Tiago Rodrigues rend hommage à l’art du souffleur. Aujourd’hui, comment les acteurs font-ils face au blanc?

Cristina Vidal (au centre), souffleuse au Théâtre national de Lisbonne, joue son propre rôle dans «Sopro».
Cristina Vidal (au centre), souffleuse au Théâtre national de Lisbonne, joue son propre rôle dans «Sopro».
Christophe Raynaud de Lage

Ils le redoutent comme la peste. Cet instant d’infinie solitude où les mots rechignent à sortir. Certains en cauchemardent. Le trou de mémoire, hantise du comédien! Pendant longtemps, les acteurs dirigeaient alors leur regard vers le trou du souffleur où se tapissait l’homme ou la femme qui, texte à la main, sauvait la situation.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.