Passer au contenu principal

ScèneLes spectacles en mode «relax» trouvent leur public

Les quatre théâtres lausannois alliés depuis 2012 sous le nom de Grand 8 tirent un bilan positif de leurs collaborations.

Le Théâtre 2.21 fait partie du Grand 8 (photo d'archives).
Le Théâtre 2.21 fait partie du Grand 8 (photo d'archives).
NEMETH SEDRIK

Parce que l’union fait la force, quatre théâtres lausannois se sont lancés dans un Grand 8 artistique. C’était en 2012: le 2.21, l’Arsenic, le CPO d’Ouchy et La Grange de Dorigny s’alliaient pour inciter leurs spectateurs respectifs à butiner d’une salle à l’autre. Le résultat? «On remarque que nos institutions sont complémentaires et que les publics s’échangent», se réjouit Patrick de Rham, directeur de l’Arsenic. Un échange facilité par la formule des abonnements offrant des tarifs spéciaux dans chaque théâtre partenaire. Côté chiffres, le quatuor a totalisé 37 400 entrées l’an dernier.

Une démarche encore fragile

Les initiatives communes commencent à porter leurs fruits. Un exemple? Les spectacles en mode relax. Ces représentations, conçues dans une ambiance «de tolérance élargie», visent à rendre les arts de la scène accessibles aux publics dits empêchés (personnes âgées ou en situation de handicap). Concrètement, une lumière reste allumée, les spectateurs peuvent s’exprimer et sortir de la salle. Onze séances sont déjà prévues pour cette saison.

Si la démarche fait des émules à Genève (au Grütli et à la Comédie), elle demeure fragile. «On voit des spectateurs en fauteuil roulant et des personnes âgées lors de ces représentations, surtout depuis la fin de la saison passée. Des institutions spécialisées commencent à nous contacter, indique Patrick de Rham. Mais il est encore compliqué de faire passer largement le message. Ce n’est pas facile d’attirer un public qui a intégré l’idée que le théâtre n’est pas fait pour lui. Cela prendra encore un peu de temps et nous avons prévu de faire des efforts de communication.» Le site Internet, mis en ligne dernièrement, devrait y contribuer.

«La prise de risque est essentielle»

Autre effet de cette association quadripartite, la coordination autour des créateurs régionaux se renforce d’année en année. «On se rencontre pour parler des projets que chacune de nos structures reçoit. La dernière fois, nous avons pu constater qu’il n’y avait par beaucoup de doublons, que les compagnies commencent à cibler les scènes qui les intéressent pour créer leurs spectacles», souligne Dominique Hauser, codirectrice de La Grange de Dorigny.

Alors que la saison 2018-2019 démarre ces jours-ci, les quatre théâtres du Grand 8 sont dans les starting-blocks, d’autant plus que deux d’entre eux célèbrent un anniversaire (25 ans pour le 2.21, le double pour le CPO). «Ces lieux ont un rôle de plateforme pour des artistes qui peuvent parfois être considérés comme des hurluberlus, sourit Patrick de Rham. La prise de risque est essentielle pour étonner!» On vous dévoilera leurs pépites scéniques tout prochainement.

www.relax-theatre.ch

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.