Passer au contenu principal

ScèneÀ la tête de Boulimie, les deux vieux potes se séparent

Frédéric Gérard et Kaya Güner, compagnons artistiques de longue date, ont souhaité mettre un terme à leur collaboration.

Nommés codirecteurs du Théâtre Boulimie en 2013, Kaya Güner et Frédéric Gérard ont choisi de continuer leur chemin artistique séparément.
Nommés codirecteurs du Théâtre Boulimie en 2013, Kaya Güner et Frédéric Gérard ont choisi de continuer leur chemin artistique séparément.
YVAIN GENEVAY

«C’est un peu comme le divorce de deux vieux potes. On s’est connus sur les bancs du collège, on a bossé 38 ans ensemble, on s’est bien marrés et on a fait des tas de jolies conneries ensemble. Aujourd’hui, nos chemins se séparent.» Au téléphone, vendredi, Frédéric Gérard commente en toute franchise l’annonce faite par le conseil de fondation du théâtre lausannois dédié à l’humour: après avoir repris en 2013 les rênes de l’institution créée par Lova Golovtchiner et Martine Jeanneret au début des années 70, Frédéric Gérard et Kaya Güner, compagnons artistiques de longue date, ont souhaité mettre un terme à leur collaboration. Jusqu’à la fin de la saison 2019-2020, «conformément à une proposition de Kaya Güner, la direction unique du Théâtre Boulimie sera confiée à Frédéric Gérard, qui en assumera également la création des spectacles», précise un communiqué.

«Ma décision a été mûrement réfléchie et il n’y a pas d’animosité fondamentale, assure de son côté le démissionnaire. Je souhaite que ce beau théâtre poursuive ses activités avec le succès qu’on lui connaît. Et, d’ailleurs, il y a une saison qui vient de démarrer et qui doit rester la priorité.»

Cette séparation arrive à un moment mal choisi. Fruit de longs mois de discussions entre le conseil de fondation et la Ville de Lausanne, une mise au concours pour la direction du théâtre allait être officialisée la semaine prochaine – celle-ci remettait justement leur poste en jeu. Avec une entrée en fonction prévue dans le courant du premier semestre 2020, la nouvelle direction devra assumer la planification artistique et la prise en charge du théâtre dès 2020-2021.

Pour le conseil de fondation, le travail artistique réalisé par le duo ces dernières années est «excellent». «Il a, durant ces six dernières saisons, contribué à la diversité et à la vitalité de la scène romande», peut-on lire dans le communiqué qui précise, d’ailleurs, que la situation financière de l’institution est saine. Dans les semaines qui viennent, il ne serait d’ailleurs pas surprenant de voir les deux compères se porter candidats à la nouvelle direction, chacun avec son propre projet.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.