Passer au contenu principal

Théâtre«Le théâtre me permet d’exprimer des émotions plus larges»

Le Petit chanteur à la gueule de bois Lionel Aebischer signe le texte et la mise en scène de «Jojo».

Frère et sœur à la ville comme à la scène, Juliette et Jonas Vernerey présentent le premier spectacle.
Frère et sœur à la ville comme à la scène, Juliette et Jonas Vernerey présentent le premier spectacle.
GUILLAUME PERRET

Lionel Aebischer fait une infidélité à ses deux acolytes des Petits Chanteurs à la Gueule de Bois (PCGB). Le Jurassien délaisse (temporairement, rassurez-vous) son répertoire de chansons gaillardement impertinentes pour s’engouffrer dans une veine plus sensible, moins caustique. Avec «Jojo», le barbu de 42 ans cumule deux premières fois: l’écriture théâtrale et la mise en scène. Le saut dans l’inconnu, quitte à se planter. «Je ne savais pas si j’étais capable d’écrire, ni de porter mon texte sur les planches. J’y suis allé au culot!» Résultat? Après avoir fait salle comble en terres neuchâteloises, «Jojo» débarque ce vendredi au Théâtre du Pré-aux-Moines, à Cossonay, avant le CPO, à Lausanne, en mars.

À mille lieues des grivoiseries enjouées des PCGB, la pièce ondoie dans un registre intime, teinté d’un humour tendre. La trame est simple: tous les soirs, une jeune femme conte ses journées de barmaid à son frère mutique, prisonnier de son fauteuil roulant. Sur scène, la comédienne Juliette Vernerey et le musicien Jonas Vernerey, frère et sœur à la ville, dévoilent le tout premier spectacle de leur compagnie, L’Impolie. Lionel Aebischer leur a composé une pièce sur mesure. Interview.

Comment vous est venue l’envie d’écrire un texte de théâtre?

L’envie était là depuis longtemps, car je me sens parfois limité au niveau de ce que je peux exprimer au sein des Petits Chanteurs à la Gueule de Bois. Je souhaitais écrire quelque chose de plus grand, avec des émotions plus larges. Quand Juliette et Jonas Vernerey ont fait appel à moi pour leur premier spectacle, je me suis dit que c’était l’occasion de me lancer. Ça a été un vrai challenge, je ne savais absolument pas si j’en étais capable!

L’histoire est-elle fictive ou vous êtes-vous inspiré de personnages réels?

C’est une fiction, même si certains petits éléments font écho à Juliette et Jonas. Par exemple, le fait qu’ils sont frère et sœur, ou que Juliette travaille dans un bar pour arrondir ses fins de mois. Pour le reste, l’histoire est entièrement inventée. On s’est beaucoup vus, on a essayé pas mal de trucs ensemble et on a fini par pondre quelques lignes pour caler la trame de la pièce.

Comment avez-vous composé ce texte?

Je suis toujours en train de ruminer, ça travaille dans ma tête avant que je me mette à ma table! J’avais peur que ce soit trop court, car j’ai l’habitude de composer des chansons de trois minutes. Une fois que nous avons esquissé les premières lignes, j’avais des doutes sur ma capacité à imaginer et à composer un vrai récit, mais j’y suis arrivé. Comme je suis musicien, j’aime quand les choses ont du rythme, j’ai donc décliné la pièce en saynètes, comme s’il y avait plusieurs histoires en une.

Justement, quel est le rôle de la musique dans la pièce?

Il y a de la musicalité dans le texte car j’écris avec une idée de phrasé. Jonas Vernerey, lui, a composé la musique du spectacle. Ses partitions accompagnent parfois l’histoire, comme au cinéma. À d’autres moments, le texte devient musical, plutôt dans le slam.

Cette première expérience en amènera-t-elle d’autres?

J’ai eu énormément de plaisir. Donc, oui, j’adorerais expérimenter d’autres choses. Peut-être laisser partir un de mes textes et voir ce que les autres en font ou, à l’inverse, mettre en scène un texte dont je ne suis pas l’auteur.

Cossonay, Pré-aux-Moines

Ve 7 janv. (20h30)

Rens.: 021861 04 75.

www.preauxmoines.ch

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.