Le Théâtre du Soleil envoûtera Lausanne

ScènePendant un mois, Ariane Mnouchkine et sa troupe mythique joueront dans un théâtre spécialement construit dans une halle de Beaulieu. Un événement.

«Une chambre en Inde» rend hommage à une forme très ancienne de théâtre indien, le Terukkuttu.

«Une chambre en Inde» rend hommage à une forme très ancienne de théâtre indien, le Terukkuttu. Image: MICHELE LAURENT

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Ce spectacle, c’est une opportunité d’assister à la grande généalogie du théâtre, de découvrir ce que sont les grandes traditions théâtrales tout en voyant, en écoutant les questions essentielles de notre actualité, de l’humanité même.» Les yeux fermés, Omar Porras plonge dans une rêvasserie euphorique. Le capitaine du TKM rayonne. L’utopie est devenue réalité: cet automne, Ariane Mnouchkine et le Théâtre du Soleil poseront leurs malles à Lausanne. Un mois durant, la troupe légendaire nous embarquera dans une épopée de trois heures et demie imprégnée de légendes archaïques, de traditions ancestrales tressées au chaos contemporain. «Une chambre en Inde» rayonnera dans la halle 7 du Palais de Beaulieu. Vingt et une représentations étalées du 24 octobre au 18 novembre, 600 spectateurs par soir, la construction d’un théâtre spécialement pour l’occasion, des coûts vertigineux – «Ne parlons pas de chiffres, parlons de rêve, balaie Omar Porras. La valeur, le bénéfice de cet événement sont inestimables!» Plus prosaïquement, le budget s’élève à 2 millions.

Un pari fou? Sans doute. Mais depuis quand le théâtre est-il raisonnable? «Ce qui m’anime, c’est cette idée que le public de Lausanne, de Suisse romande puisse goûter à cet élixir de vie, d’espoir qu’est ce spectacle magnifique.» Omar Porras a beau avoir la tête dans les étoiles, il n’en garde pas les pieds ancrés sur Terre. «Quand Ariane m’a dit «Oui, je veux venir à Lausanne» alors qu’elle n’avait fait que deux courts passages en Suisse jusque là, je savais que je ne pourrais pas faire cela tout seul.» Le timonier du TKM a pris la barre pour embarquer à bord collectivités publiques, théâtres partenaires et mécènes. Une association, présidée par Thierry Luisier, ex-directeur du Théâtre Benno Besson, a été créée pour l’occasion. «L’une des raisons qui m’ont poussé à lancer ce projet a été cette idée de fédérer un territoire, une profession, souligne Omar Porras. Les politiques, directeurs de théâtre et mécènes nous ont accompagnés et j’ai envie de dire chapeau!»

Extraits de "Une Chambre en Inde" from Théâtre du Soleil on Vimeo.

Cet élan fédérateur fait écho à l’esprit du Théâtre du Soleil. Nichée au cœur du Bois de Vincennes, La Cartoucherie, écrin matriciel de la troupe fondée en 1964, est un lieu hors du temps, hors du monde. Lieu de poésie, de partage, de liberté. Chaque soir des 21 représentations au total, Ariane Mnouchkine, 79 ans, ouvre les grandes portes de cet ancien site militaire, accueille le public qui ripaille autour des grandes tables avant de se glisser dans la salle de spectacle. Un rituel. Pour la prêtresse du Soleil, «le théâtre est un art d’invocation, les acteurs sont de grands invocateurs! Ils vont lever les morts, revenir les souvenirs les plus lointains», confiait-elle dans «L’art du présent», recueil d’entretiens avec la journaliste Fabienne Pascaud.

Le Soleil, c’est aussi une communauté. Une tribu soudée – sans être épargnée par les crises. À la fois espace de création, refuge pour 382 sans-papiers en 1996, un sanctuaire. Chacun sans distinction met la main à la pâte. Ovationné un soir, un acteur préparera la tambouille le lendemain à midi. Le technicien de l’ombre touche le même salaire que la vedette adulée.

Comment transposer cet esprit si singulier, cette atmosphère chaleureuse, bouillonnante, envoûtante dans les austères halles de Beaulieu? «Nous n’allons pas reconstruire la Cartoucherie, bien sûr, mais créer les mêmes conditions de représentation. Les gradins auront la même pente et la même jauge, assure Omar Porras. Comme à Vincennes, il y aura une restauration sur le thème du spectacle avant et après la représentation.» Il y a aussi cette volonté d’être accessible à tous: «Grâce aux soutiens, nous pouvons proposer des places à 50 francs (Ndlr: 25 fr. pour les enfants et les étudiants)» s’enthousiasme Thierry Luisier. La magie du Soleil fera le reste pour les 12'000 spectateurs attendus.

Partition collective

Cinq soirs par semaine, donc, la troupe nous ouvrira la porte cette «Chambre en Inde». Le synopsis? Le directeur d’un théâtre, anéanti par les attentats, quitte sa compagnie alors en voyage en Inde et les laisse sans le sou. Une partition collective, écrite au plateau, née d’improvisations, imprégnées des horreurs qui peuplent l’actualité. Daech, la Syrie, l’écologie s’entrelacent aux deux grandes épopées indiennes, le «Mahabarata» et le «Ramayana» et au Terukkuttu, théâtre traditionnel Tamoul.

En août 2016, Ariane Mnouchkine se confiait au journal «La Terrasse»: «Ce spectacle résolument contemporain aborde une question qui me hante. Comment aujourd’hui raconter le chaos de notre monde devenu incompréhensible?» Comment transcender l’horreur, l’enfer de la guerre, la détresse? Par le rire, répond le Soleil. Ultime rempart à la haine. Comme le dit Omar Porras: «Ariane Mnouchkine est un astre qui a cette vocation d’éclairer, de réchauffer l’humanité. Ce spectacle est un hymne à la joie.»

Créé: 17.04.2018, 13h38

Infos pratiques

Lausanne, Palais de Beaulieu
Du 24 oct. au 18 nov. 2018
Billetterie ouverte
www.lesoleil-lausanne.ch
www.tkm.ch

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.