Les théâtres romands disent non à «No Billag»

VotationsLa Fédération romande des arts de la scène juge l'initiative «dangereuse et nuisible pour sa branche d'activité».

Quelques membres de la FRAS lors de la conférence de presse, en septembre dernier: Eric Lavanchy (secrétaire général de l’UTR), Thierry Luisier (secrétaire général de la FRAS), Thierry Loup (directeur de Nuithonie et Equilibre), Bernard Laurent (administrateur de la Comédie de Genève), Vincent Baudriller (directeur du Théâtre de Vidy), Anne Bisang (directrice du TPR) et Marynelle Debétaz (directrice des Spectacles Français, à Bienne).

Quelques membres de la FRAS lors de la conférence de presse, en septembre dernier: Eric Lavanchy (secrétaire général de l’UTR), Thierry Luisier (secrétaire général de la FRAS), Thierry Loup (directeur de Nuithonie et Equilibre), Bernard Laurent (administrateur de la Comédie de Genève), Vincent Baudriller (directeur du Théâtre de Vidy), Anne Bisang (directrice du TPR) et Marynelle Debétaz (directrice des Spectacles Français, à Bienne). Image: FRAS

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Les médias commerciaux ne s’intéressent qu’aux produits culturels formatés du showbiz musical mondialisé, jamais aux arts de la scène.» La Fédération romande des arts de la scène, réunissant les théâtres de production et d'accueil de Suisse romande, tire à son tour la sonnette d'alarme. Dans un communiqué, la FRAS s'oppose formellement à «No Billag», qu'elle juge «dangereuse et nuisible pour sa branche d'activité».

Dans son argumentaire, la fondation créée l'automne dernier développe quatre points. Selon elle, l'initiative «empêche tout soutien public d’un secteur qui en a besoin, elle met en danger l’équilibre nécessaire entre minorités et majorités suisses pour une cohésion et une identité nationale forte, elle coupe une visibilité indispensable des arts de la scène dans des médias déjà peu enclins à couvrir le secteur culturel et elle empêche une discussion saine sur le devenir de ce service public et polarise inutilement les opinions».

Le Grand Théâtre de Genève s'oppose lui aussi à l'initiative soumise à la votation le 4 mars prochain. Par voie de communiqué, sa direction générale rappelle «la présence très concrète des médias audiovisuels publics et privés sur chaque saison» par la captation vidéo et sonore, la diffusion se spectacles en direct et en différé, mais aussi des émissions critiques et des reportages sur les spectacles. «Le Grand Théâtre de Genève considère que les médias sont des partenaires incontournables et constituent une plateforme de connaissances et un moyen de dialoguer avec le public», souligne le communiqué.

Créé: 23.01.2018, 16h32

Articles en relation

Sur l’air grinçant de l’initiative «No Billag»

Culture La musique, le cinéma et l’humour sont particulièrement visés par l’initiative qui veut supprimer la redevance radio-TV. Enquête dans le milieu culturel. Plus...

Les scènes romandes unissent leurs forces

Scène Les deux associations défendant les arts scéniques se fédèrent au sein d’une nouvelle entité. Leur but? Promouvoir la création au-delà des frontières romandes Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.