Thierry Meury converse après un accouchement

Seul en scèneLes bons mots et les rires fusent dans le nouveau solo de l’humoriste au P’tit Music’Hohl.

Thierry Meury sur la scène du P’tit Music’Hohl. «Avec le temps, je suis plus acerbe, mais aussi plus juste au niveau de la satire.»

Thierry Meury sur la scène du P’tit Music’Hohl. «Avec le temps, je suis plus acerbe, mais aussi plus juste au niveau de la satire.» Image: PIERRE ALBOUY

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Il est arrivé sur la scène du P’tit Music'Hohl le costume trois-pièces fringant, mais le parapluie en berne. La faute à un cycliste, dit-il, qui l’a heurté sur un trottoir. Thierry Meury n’en a pas perdu le sens de l’humour. Avec la verve qui le caractérise, l’humoriste jurassien mouline contre les enragés de la petite reine au cours de son nouveau solo, qui le voit épingler également, pêle-mêle et on en oublie, Patrick Bruel, Alain Morisod et Dieu. Vaste programme englobant aussi des tacles appuyés à l’encontre des supporters de foot, des écolos ou des déprimés.

Thierry Meury n’épargne personne, et surtout pas lui-même au cours de cette heure et quart durant laquelle les jeux de mots fusent, ponctuant une inspiration qui ne s’interdit pas la noirceur. Entre deux rasades de rosé et quelques allusions à sa soif inextinguible, l’intéressé entretient d’irrésistibles «Conversations après un accouchement». Pas le sien d’accouchement, relève-t-il en pointant un ventre conquérant. Celui plutôt de son vingtième one-man-show – pas mal en un peu plus de trente ans de carrière.

Fil rouge

Ce spectacle-là a trouvé son titre en démarquant celui d’un grand classique de Yasmina Reza. Pour le contenu, rien à voir avec la pièce de théâtre créée en 1987 par la dramaturge française. «C’est un stand-up où les sujets s’enchaînent», remarque Meury en parlant de ce seul en scène inspiré par le grand spectacle de la vie. «Une façon pour moi de résumer toutes les conneries que j’ai dites depuis que je suis sorti du ventre de ma mère», ajoute ce cadet d’une famille de six enfants.

Parce qu’il aime bien qu’il existe un lien entre les sujets qu’il aborde – «c’est mon influence théâtre» – l’homme a trouvé un fil rouge composé de trucs mnémotechniques. D’un attaché-case offert par son oncle Tom (on vous laisse méditer deux secondes sur le jeu de mots), il extrait notamment une sonnette piquée à un de ces abrutis de cyclistes qui prennent les trottoirs pour des grands boulevards, ou un dictionnaire qui lui permet de railler l’orthographe épicène. Tout cela l’amène à sauter apparemment du coq à l’âne, alors qu’en fait il mène sa barque d’humoriste d’une main parfaitement ferme.

Avec une dose calculée de cynisme, le voilà qui évoque la Syrie et les armes chimiques, plus loin le génocide du Rwanda. Pas drôle? Si, car Meury vise juste, en sniper de l’humour noir, qui n’a pas besoin de sortir la grosse artillerie pour dézinguer ses cibles. «Je suis heureux que ça passe. Avec le temps, je suis plus acerbe, mais aussi plus juste au niveau de la satire. Je maîtrise mieux l’écriture pour savoir jusqu’où aller trop loin sans déraper», relève-t-il en coulisses en avouant sa tentation «d’être dans l’actualité sans y rentrer complètement».

Au désavantage des mecs

S’il voit volontiers l’exercice du solo comme une allégorie de la vie de couple – «l’une parle et l’autre écoute» –, Meury s’est adouci au niveau de sa proverbiale misogynie. «Je n’ai plus autant envie de provoquer. Avec les femmes, j’ai peut-être fait le tour du sujet. Vous aurez constaté que «Conversations après un accouchement» est plutôt au désavantage des mecs.» Certains s’en sortent plus ou moins bien. Et d’autres en prennent plein la poire. Comme le président des États-Unis, qui récolte l’une des meilleures saillies du spectacle: «Confier le sort de notre planète à Trump, c’est comme confier la conciergerie de Notre-Dame à un pyromane!» Tellement vrai…

«Conversations après un accouchement», de et avec Thierry Meury. P’tit Music’Hohl, 54, av. Louis-Casaï. Me, ve, sa 20 h 30. Rens: www.musichohl.ch ou 022 798 87 98

Créé: 20.10.2019, 17h21

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.