A Vidy, «L’Avare» révèle l’obsession de l’argent et du profit

CritiqueLudovic Lagarde transpose le chef-d’œuvre de Molière dans un hangar d’import-export, où Harpagon se fait violent, délirant, survolté.

Laurent Poitrenaux (en gris clair), magistral en Harpagon.

Laurent Poitrenaux (en gris clair), magistral en Harpagon. Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Ne rougissez-vous point de déshonorer votre condition par les commerces que vous faites? De sacrifier gloire et réputation au désir insatiable d’entasser écu sur écu?» harangue Cléante face à son père, Harpagon. Au Théâtre de Vidy, la lecture de L’Avare de Molière par Ludovic Lagarde révèle, avec farce et fracas, une tare majeure de notre société: l’avide appât du gain et du profit. Mué en boss despote d’une boîte d’import-export, Harpagon n’est pas sans rappeler certains chefs d’entreprise obnubilés par leur magot («Ô ma chère cassette!»), au détriment des relations humaines et autres considérations morales.

Il ne fallait pas moins qu’un Laurent Poitrenaux pour camper cet avare impétueux et délirant. Cinglant d’ironie et de cynisme, le comédien (déjà dirigé avec mae­stria par Lagarde dans Providence, cette année à Vidy) dévoile une prodigieuse veine comique. Bourré de tics nerveux, prompt à dégainer sa carabine, son Harpagon transpire à la fois d’extra­vagance grotesque et de violence. Ridicule quand il déclame sa flamme à Mariane en slam; survolté lorsqu’il découvre que Cléante en pince secrètement pour la même Mariane.

Mercredi, cette soirée de première à Vidy s’est achevée sous les paillettes pour fêter la 100e représentation de ce spectacle enlevé, aux accents (parfois) un peu trop potaches. Dans la salle, des dizaines de collégiens hilares ont été gagnés par la langue de Molière. Et son étonnante actua­lité.

Créé: 23.11.2017, 20h53

Articles en relation

La passion encore fraîche d’une femme consumée

Scène Jusqu’au 22 novembre à Vidy, Émilie Charriot porte sur scène les mots d’Ernaux. Critique. Plus...

«Le Direktør» de Lars von Trier en reste à la pochade avec la Cie L’Alakran

Critique Actuellement à Vidy, la mise en scène d’Oscar Gómez Mata étouffe ses perspectives par trop de burlesque Plus...

Emilie Charriot réveille le poids des mots

Scène Sans artifice scénique, la jeune metteuse en scène monte «Passion Simple» à Vidy. Et confie sa relation particulière au théâtre et à Annie Ernaux. Plus...

Le mage qui sculpte l’espace

Cirque Sous son chapiteau planté à Vidy, Johann Le Guillerm dévoile son «Secret (temps 2)». Rencontre. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 21 septembre 2019
(Image: Valott?) Plus...