Vidy défend un théâtre d'aujourd’hui

Arts vivantsLe début de la saison 2017/18 vient d'être dévoilé. Une réponse par l'acte aux critiques sur le positionnement du théâtre.

Vincent Baudriller a répondu aux attaques sur la programmation du théâtre lors de la conférence de presse.

Vincent Baudriller a répondu aux attaques sur la programmation du théâtre lors de la conférence de presse. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Vincent Baudriller a dévoilé le début de la saison 2017/18 du Théâtre de Vidy-Lausanne. De septembre à janvier, il égrène une vingtaine de propositions, dont plusieurs créations et de nombreux artistes suisses.

Un théâtre contemporain trop élitiste qui laisse une partie des spectateurs et des artistes romands sur la touche? La controverse apparue au grand jour après les propos du comédien Jean-Luc Borgeat dans le quotidien 24heures a rebondi lundi en conférence de presse.

Le directeur du théâtre, Vincent Baudriller, qui signe sa quatrième saison à Vidy, a longuement répondu qu'il «s'inscrivait en faux» contre ces attaques. Il défend un théâtre d'aujourd'hui; les artistes sont au coeur de son projet, y compris les artistes lausannois et romands, et il veille à diversifier les esthétiques et les générations, aussi bien pour les acteurs que les spectateurs.

«Du répertoire, nous en avons aussi à Vidy. Mais c'est peut-être là qu'il faut le plus de bagage», a-t-il relevé. Il a rappelé qu'il tente d'ouvrir le théâtre à de nouveaux publics et travaille avec des foyers de jeunes ou de migrants. La saison 2016-2017 se termine sur un taux de fréquentation de 82%, signe d'une «bonne vitalité».

Ligne artistique

La 1ère partie de saison illustre cette ligne artistique: de grands noms du théâtre européen comme Vincent Macaigne ou Thomas Ostermeier, une ouverture sur le monde avec le Mapa Teatro de Colombie ou la chorégraphe algérienne Nacera Belaza ainsi que des créateurs d'ici comme Augustin Rebetez, Emilie Charriot ou Oscar Gomez Mata.

Grande création de la rentrée, qui débordera d'images, de sons et de fumée: le Français Vincent Macaigne, très apprécié des 18-25 ans, une génération qui va peu au théâtre, fera coup double en septembre avec «Je suis un pays» suivi de «Voilà ce que jamais je ne te dirai», une performance «assez étonnante», selon M. Baudriller. (ats/nxp)

Créé: 22.05.2017, 15h52

Articles en relation

Vidy et l’Arsenic dynamitent Tchekhov et Labiche

Scène Un collectif irlandais revisite «Platonov» pour crier à la faillite d’une époque alors que la Cie Genevoise questionne sa créativité en mode vaudevillesque. Plus...

«J’assume mes choix comme ma subjectivité»

Théâtre Vincent Baudriller, directeur du Théâtre de Vidy, répond aux critiques qui dénoncent sa ligne artistique radicale et le manque de place faite aux créateurs locaux. Plus...

«Vidy met artistes et public sur la touche»

Arts vivants Le comédien Jean-Luc Borgeat dénonce la ligne artistique très contemporaine qui, à Lausanne, pousse le théâtre de texte vers les scènes alternatives. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.