A Vidy, «Home-Made» oublie son spectateur en cours de route

La metteur en scène Magali Tosato échoue à embarquer le public dans sa quête identitaire touffue et intellectualisante.

Le comédien Tomas Gonzalez en un tour de mains à incarner une mère inquisitrice dans la pièce <i>Home-Made</i>, mise en scène par la jeune Magali Tosato (27 ans) à Vidy.

Le comédien Tomas Gonzalez en un tour de mains à incarner une mère inquisitrice dans la pièce Home-Made, mise en scène par la jeune Magali Tosato (27 ans) à Vidy. Image: Samuel Rubio

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Déception. Le spectateur reste sur le seuil de la quête identitaire menée à Vidy autour de la construction sociale de l’individu et des névroses de la société. Situation de départ à peine posée. Personnages peu clairs auxquels il est difficile d’adhérer. Propos parfois marrants mais souvent banals. Quand ils ne s’empilent pas les uns sur les autres au risque (confirmé) de noyer le spectateur dans des réflexions gratinées dont il ne saisit pas tous les tenants et, surtout, trop tardivement les aboutissements.

Erreur pardonnable de «débutante»? C’est sûr. A trop vouloir complexifier son sujet, la jeune metteur en scène Magali Tosato s’est en effet embourbée dans son Home-Made, inspiré, comme on le comprendra dans les dernières minutes, du roman Mars de Fritz Zorn (1977).

Le sujet: quel conditionnement mères de famille ou mère patrie ont-elles engendré? Comment faire pour échapper à la bienséance inculquée depuis son plus jeune âge? Pour esquisser des pistes de réponses (qui resteront ouvertes), le spectacle présenté jusqu’à dimanche puise dans le vécu de sa metteur en scène et, surtout, de ses comédiens. Les deux barbus ont mené des entretiens avec leurs mères réciproques. Des échanges sont touchants et sincères, projetés par extraits.

Entre chaise d’arbitre de tennis, pupitres et serre (psychanalytique) où poussent des plantes vertes, les deux interprètes dissertent durant une heure et demie. Ils débitent un interrogatoire existentiel, suspendu régulièrement par quelques respirations qui offrent, d’ailleurs, les scènes les mieux réussies. En particulier quand remontent à la surface des souvenirs fondamentaux dans la formation des jeunes hommes. Autant d’allers-retours qui finiront par se fondre avec le temps présent.

On gardera en mémoire le tour de main avec lequel Tomas Gonzalez réussit à incarner une mère inquisitrice. Hilarant même si la prestation de Babptiste Coustenoble en ado boutonneux convainc moins. On appréciera aussi la manière judicieuse avec laquelle le matériel vidéo est agencé, surtout les vieux films de spectacles scolaires intelligemment politisés.

Mais ces fulgurances qui révèlent que Magali Tosato connaît son métier ne suffisent toutefois pas à embarquer le spectateur jusqu’au bout. Il rit, certes, mais s’épuise, aussi, à donner du sens à tout ça. Qui trop embrasse, mal étreint.

Note: Lausanne, Théâtre de Vidy Ve 2 (19 h 30), sa 3 (18 h), di 4 (17 h) Rés.: 021 619 45 45 www.vidy.ch

Créé: 01.10.2015, 12h14

Articles en relation

La jeune metteur en scène Magali Tosato ose le grand saut à Vidy

Scène Vincent Baudriller donne sa chance à une «enfant de la maison», qui présente dans huit jours sa première création d'importance, «Home Made». Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 22 août 2019
(Image: Bénédicte ) Plus...